/24m/job-training
Navigation

Les habitudes des chômeurs peuvent nuire à leur bien-être

Les habitudes des chômeurs peuvent nuire à leur bien-être
Focus Pocus LTD - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Arrêter de travailler du jour en lendemain est un choc pour chaque travailleur qui subit une telle épreuve. Un sondage auprès de chômeurs montre que l’attitude active laisse souvent place au laisser-aller lorsque survient la perte d’emploi. Les nuisances sur la santé peuvent être importantes.

Anicée Lejeune - 37e AVENUE

Le New York Times, CBS News et la fondation Kaiser Family ont réalisé un sondage en 2015 auprès d’Américains sans emploi âgés de 25 à 54 ans. Et les répondants ont majoritairement affirmé que le chômage avait eu des conséquences négatives sur leur santé physique et mentale ainsi que sur la qualité de leur sommeil.

Le quotidien new-yorkais rapporte en effet que les sondés ne semblaient pas profiter de leur temps libre pour faire plus d’exercice physique. Pas moins de 57 % d’entre eux ont dit passer plus de temps à faire des activités sédentaires comme lire, regarder la télévision ou être sur internet. Seulement 15 % des interrogés ont affirmé passer moins de temps à pratiquer ce genre d’activités.

Conséquences indirectes
Selon le New York Times, le chômage pourrait avoir d’autres conséquences que celles économiques, en affectant notamment les coûts du système de santé et en faisant grimper le taux de mortalité.

« Il y a des coûts indirects liés aux personnes sans emploi de longue durée, a dit au New York Times Gregory Colman, économiste à l’université Pace et coauteur de l’étude. Les difficultés liées au chômage ne disparaissent pas dès qu’on retrouve un emploi. Les effets à long terme de l’obésité persistent. »