/entertainment/opinion/columnists
Navigation

L’ultime match de 2017 : It vs Blade Runner

Coup d'oeil sur cet article

N’en déplaise à Réjean Tremblay, le combat de l’année n’était pas celui de Mayweather contre McGregor, mais bien celui qui s’amorcera jeudi entre It (Ça, en version française) et Blade Runner 2049. Le dernier film de Denis Villeneuve ne « montera dans l’arène » qu’en octobre, mais on prévoit déjà un combat impitoyable entre ces deux vieux champions de l’effroi.

Warner Brothers mise sur ce combat ultime pour remplumer son compte en banque. L’été a été maussade dans le sud du Québec et notre cinéma en a profité. C’est même le plus bel été de notre box-office avec De père en flic 2, indétrônable depuis sa sortie à la mi-juillet, et Bon cop Bad cop 2, encore à l’affiche après plus de trois mois.

L’été de Hollywood a été désastreux. Pour la première fois depuis 11 ans, les recettes estivales n’ont pas atteint 4 milliards $ US. Pendant ce temps, en Chine comme au Québec, on faisait salle comble avec le cinéma « local ». Wolf Warrior 2, un film d’action Made in China a amassé, depuis six semaines seulement, trois fois plus que tous les films américains à l’affiche cet été dans l’Empire du Milieu.

LES DEUX COMBATTANTS

J’ai vu et revu la bande-annonce de Blade Runner 2049 et celle de It. Malgré mon préjugé envers Villeneuve, force m’est d’admettre que la proposition de It, du réalisateur argentin Andrès Muschietti, est encore plus intrigante que celle du film de Villeneuve. Jugez-en vous-mêmes en regardant l’une et l’autre sur YouTube.

Examinons les forces en présence. Sur le plan de la réalisation, Villeneuve a un net avantage. Encore inconnu à l’extérieur du Québec il y a cinq ans, il est devenu la saveur de Hollywood avec ses deux premiers films américains, Enemy et Prisoners. Arrival (huit nominations aux Oscars) l’a consacré.

Son rival argentin a la réputation d’être capricieux. On l’engage, on le remercie ou il démissionne. Il n’était pas le premier choix pour It, son premier film d’importance depuis Mamà, tourné à Toronto et à Québec en 2013 avec Jessica Chastain. Malgré un budget modeste (15 millions $ US), Mamà a eu un succès d’estime et a bien fait au box-office avec des recettes de 150 millions $ US.

LE GRAND STEPHEN KING

En ce qui concerne la réputation et l’image de marque, Stephen King l’emporte haut la main. King est une telle vedette qu’à sa première journée sur YouTube, la bande-annonce de It a été visionnée 197 millions de fois ! Quant à Philip K. Dick, l’auteur du roman dont on s’est inspiré pour le premier Blade Runner, c’est un illustre inconnu. Le Blade Runner de Ridley Scott n’a pas eu de succès, les investisseurs n’ont même pas été remboursés.

Avec les années, on a regardé Blade Runner d’un autre œil et le film est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs films de science-fiction. Si la nouvelle version est attendue avec impatience, c’est que Villeneuve a mis la main à la pâte. C’est un Blade Runner transformé, loin de l’original, que nous devrions voir.

Quant aux vedettes, l’avantage est du côté de Blade Runner. Harrison Ford et Ryan Gosling sont des têtes d’affiche, alors qu’il n’y a que des « nobody » dans It. J’y vais donc all in pour Blade Runner 2049, confiant que Villeneuve sortira vainqueur de l’affrontement.

TÉLÉPENSÉE DU JOUR

Qui a dit que le travail c’est la santé ? Encore le Dr Barrette, je suppose...