/24m/job-training
Navigation

4 vertus de la procrastination

4 vertus de la procrastination

Coup d'oeil sur cet article

L’art de se tourner les pouces au lieu de faire son travail serait un fléau qui affecterait bon nombre de travailleurs et minerait la productivité des organisations. Vraiment ?

Steve Proulx - 37e AVENUE

Il est 15 heures. Vous avez l’impression d’être au bureau depuis mille ans. Vous avez une tonne de boulot à abattre avant la fin de la journée, et pourtant... vous venez de passer les 30 dernières minutes à lire les statuts de vos amis Facebook. Et en ce moment, vous fabriquez un collier de trombones d’une longueur impressionnante. Bref, vous procrastinez.

Cessez de culpabiliser ! Selon Kerul Kassell, auteure du livre Productive Procrastination, la procrastination n’est pas nécessairement synonyme de paresse. Ce serait une condition essentielle à la productivité et à l’innovation ! Voici pourquoi.
 
Faire quelque chose d’inutile n’est jamais inutile

Les activités dites insignifiantes nous réconcilient souvent avec les parties de notre cerveau que nous utilisons peu fréquemment. Par exemple, la majorité d’entre nous ne sont pas habitués à utiliser les dimensions imaginatives, aléatoires et sensorielles de notre matière grise. Gribouiller au stylo sur un Post-it met à profit notre créativité, ce qui pourrait faire naître de nouvelles façons d’aborder nos problèmes.

Un moment pour faire le point

Puisque la procrastination fait partie de la vie au travail, tenter de l’éliminer serait contre nature. Quand l’envie de tataouiner vous prend, autant la mettre à profit. Le site Lifehack propose d’ailleurs dix moyens de rendre la procrastination productive, incluant :

  •  Écrire un courriel à un ami qui vous est cher et solidifier vos relations ;
  •  Faire le bilan : dresser une liste de vos réussites et de vos échecs ;
  •  Fouiller un sujet sur lequel vous détenez peu de connaissances ;
  •  Écrire sur une feuille les raisons pour lesquelles vous évitez de travailler... C’est peut-être à cause d’un problème, d’une frustration, d’un blocage. Avec le recul, vous trouverez peut-être le chemin de la productivité !


Saine procrastination = productivité

Des études de la NASA, citées dans le blogue du Harvard Business Review, soutiennent que la productivité augmente lorsque les délais de livraison approchent. C’est l’anticipation d’être en retard, lorsqu’elle est bien gérée, qui permet à notre cerveau de produire la dopamine qui nous stimule à avancer. En somme, procrastiner alors que l’heure de tombée approche risque de créer les conditions gagnantes pour une anxiété productive... ou créative ! À condition, bien sûr, de ne pas dépasser les limites d’une saine procrastination.

En somme, quand la procrastination vous fait les yeux doux, succombez à ses charmes. Ce n’est pas la fin du monde et vous avez maintenant les arguments nécessaires pour convaincre votre patron que vous procrastinez pour le bien de l’entreprise !