/24m/job-training
Navigation

La procrastination : levier de la créativité ?

La procrastination : levier de la créativité ?

Coup d'oeil sur cet article

Vous êtes du genre à attendre à la dernière minute pour vous mettre à écrire un rapport important ? Ou encore, vous préférez faire la vaisselle plutôt que de vous attaquer à une tâche pénible ? Vous procrastinez, une habitude souvent perçue comme un vilain défaut. Or, certains spécialistes indiquent que celle-ci est un levier puissant utilisé par les esprits créatifs et innovants.

 

Charles Prémont - 37e AVENUE

L’histoire humaine serait remplie de génies enclins à la temporisation. Steve Jobs, Bill Clinton, Frank Lloyd Wright, Aaron Sorkin et même Martin Luther King. Selon Adam Grant, professeur de psychologie à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie, il y avait deux verbes pour désigner la procrastination en Égypte ancienne. Le premier s’apparentait à la paresse, l’autre au fait « d’attendre le bon moment ». Cette seconde option serait à privilégier pour être plus créatif.
 

En tentant d’accomplir une tâche aussi rapidement que possible, nous plongeons souvent dans des idées conventionnelles. Pour arriver avec quelque chose de réellement original, il faut prendre du temps.

Pour y parvenir, mieux vaut commencer son travail et le laisser en plan pour faire autre chose. Ainsi, on continuerait en fait à réfléchir à cette tâche. À l’inverse, quand nous avons terminé un travail, on a tendance à le classer comme chose faite et à l’oublier.

La procrastination permettrait donc à notre imagination « d’incuber » pour revenir avec des concepts plus innovants. Cela dit, prendre trop de temps aurait un effet négatif. Dans une expérience qu’Adam Grant a menée, les personnes qui avaient tergiversé quelques minutes avant d’accomplir un exercice exigeant de la créativité avaient eu des idées plus originales que celles s’étant tout de suite attelées à la tâche. Sauf qu’elles avaient aussi battu celles qui avaient trop perdu de temps...