/investigations/transports
Navigation

Quatre dirigeants passent à la caisse

Ces hauts fonctionnaires devraient recevoir jusqu’à 59 % d’augmentation de salaire d’un seul coup

Paul Côté, le grand patron de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM), voit son salaire bondir de près de 40 %, selon la proposition que doit approuver le conseil d’administration cette semaine. Trois autres dirigeants toucheront entre 10 et 59 % d’augmentation d’un seul coup.
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Paul Côté, le grand patron de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM), voit son salaire bondir de près de 40 %, selon la proposition que doit approuver le conseil d’administration cette semaine. Trois autres dirigeants toucheront entre 10 et 59 % d’augmentation d’un seul coup.

Coup d'oeil sur cet article

Quatre dirigeants du transport en commun de Montréal sont sur le point de recevoir des hausses de salaire allant jusqu’à 59 % pour gérer un organisme qui comptera pourtant quatre fois moins d’employés qu’auparavant.

Des documents obtenus par notre Bureau d’enquête montrent que les administrateurs de la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) se prononceront à ce sujet demain.

Le directeur général de l’ARTM, Paul Côté, est l’ex-président-directeur général de l’Agence métropolitaine de transport (AMT).

M. Côté, qui touchait 180 000 $ en 2015 à l’AMT, recevrait désormais 250 000 $ de fonds publics par année si les administrateurs de l’ARTM adoptent le projet de résolution que nous avons consulté.

Paul Côté
Paul Côté, le grand patron de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM), voit son salaire bondir de près de 40 %, selon la proposition que doit approuver le conseil d’administration cette semaine. Trois autres dirigeants toucheront entre 10 et 59 % d’augmentation d’un seul coup.
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Directeur général 

  • Salaire actuel : 180 911 $ puis 1100 $ par jour à titre de président du comité de transition AMT-ARTM 
  • Recommandation : 250 000 $
  • Hausse de 38%

L’ARTM, qui compte actuellement une quarantaine d’employés, pourrait avoir un effectif allant jusqu’à 109 personnes, indiquent des documents internes.

C’est moins que les 450 qui travaillaient à la défunte AMT avant une restructuration amorcée en 2016. L’opération a donné naissance le 1er juin à deux nouvelles entités : l’ARTM et le Réseau de transport métropolitain (RTM). Le RTM a hérité de la majorité des employés de l’AMT.

Selon nos sources, certains s’interrogent sur la justification des nouvelles rémunérations de M. Côté et trois autres hauts dirigeants, qui étaient avec lui à l’AMT, étant donné qu’ils auront à gérer moins d’employés qu’avant pour exercer un mandat plus restreint.

« Équitable et justifiée »

Le directeur général de l’ARTM, Paul Côté, a défendu la proposition de hausses salariales des dirigeants.

« La rémunération, elle est équitable et justifiée », a-t-il dit en entrevue hier.

Sollicité par le conseil d’administration de l’ARTM, un cabinet-conseil, Normandin Beaudry, a recommandé des augmentations, a expliqué M. Côté.

Selon le directeur général, l’ARTM aura de nouvelles responsabilités de planification que n’avait pas l’AMT, dont les activités d’autobus et de train de banlieue ont été transférées au RTM dans le cadre de la restructuration.

M. Côté cite notamment l’établissement d’un cadre tarifaire, la préparation d’un plan d’investissement et la gestion des contrats de service avec les sociétés de transport.

« Personne n’a jamais fait ça, a-t-il dit. On n’opère pas de train ni d’autobus, je ne minimise pas, mais c’est un mandat de planification stratégique. »

Hausses rétroactives

Selon des documents internes de l’ARTM, les administrateurs qui forment le comité de gouvernance, d’éthique et de ressources humaines ont recommandé que la hausse salariale de la directrice des affaires publiques, Marieke Tremblay, et du directeur de la planification, Daniel Bergeron, soit rétroactive au 1er juin 2017.

Marieke Tremblay
Paul Côté, le grand patron de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM), voit son salaire bondir de près de 40 %, selon la proposition que doit approuver le conseil d’administration cette semaine. Trois autres dirigeants toucheront entre 10 et 59 % d’augmentation d’un seul coup.
Photo d'archives

Directrice exécutive affaires publiques, marketing et expérience client

  • Salaire actuel : 177 000 $
  • Recommandation : 195 000 $
  • Hausse de 10%
Daniel Bergeron
Paul Côté, le grand patron de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM), voit son salaire bondir de près de 40 %, selon la proposition que doit approuver le conseil d’administration cette semaine. Trois autres dirigeants toucheront entre 10 et 59 % d’augmentation d’un seul coup.
Photo d'archives

 

Directeur exécutif planification des transports et mobilité

  • Salaire actuel : 168 000 $
  • Recommandation : 195 000 $
  • Hausse de 16%
Robert Guertin
Paul Côté, le grand patron de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM), voit son salaire bondir de près de 40 %, selon la proposition que doit approuver le conseil d’administration cette semaine. Trois autres dirigeants toucheront entre 10 et 59 % d’augmentation d’un seul coup.
Photo d'archives

Secrétaire général et directeur exécutif affaires juridiques

  • Salaire actuel : 110 000 $
  • Recommandation : 175 000$
  • Hausse de 59%

Le nombre d’employés de l’ARTM devait être de 85, mais hier M. Côté n’a pas exclu le scénario d’une hausse des effectifs à 109 personnes. Un plan à ce sujet a été présenté à des administrateurs le mois dernier, indiquent des notes internes.

M. Côté a présidé le comité chargé d’effectuer la transition qui a mené à la scission de l’AMT en deux nouvelles entités. Pour ce travail, il reçoit des honoraires de 1100 $ par jour, a-t-il expliqué hier.

Avec cette restructuration, le gouvernement du Québec souhaitait simplifier les structures en place.