/24m/job-training
Navigation

Supprimer les microdécisions

Supprimer les microdécisions

Coup d'oeil sur cet article

Plus une personne doit prendre de décisions dans une journée, plus son cerveau se fatigue. Résultat ? De mauvais choix, souvent irrationnels et impulsifs. Toutefois, supprimer les microdécisions pourrait aider à prévenir cette fatigue mentale.

Audrey Neveu - 37e AVENUE

Les études du psychologue américain Roy F. Baumeister, l’un des plus connus mondialement, ont démontré que le processus de la prise de décision repose sur la capacité de contrôle de soi d’une personne. Celle-ci est directement liée au nombre de décisions qu’elle doit prendre au cours d’une journée. Plus elle doit faire de choix, plus son jugement est altéré par la fatigue mentale qui s’installe.

Devant ce constat, il est peu étonnant que les futurs mariés s’épuisent en planifiant leur grand jour. Couleur de la nappe, choix du menu, arrangement de fleurs, toutes ces décisions affectent grandement leur capacité à raisonner logiquement. Des constructeurs automobiles allemands ont constaté par ailleurs que leurs clients sont plus susceptibles de choisir les options par défaut lorsqu’ils achètent une voiture, après avoir fait un grand nombre de microdécisions.

Ces microdécisions sont tous ces petits choix que l’on fait dans une journée et qui semblent anodins. Prendre le parapluie ou non ? Aller au gym ou au cours de danse ? Pomme ou banane ? Ces décisions finissent par affecter la qualité du jugement.

La solution évidente pour contrer cette fatigue mentale est de réduire le nombre de microdécisions qu’une personne doit faire dans sa journée. Cela signifie souvent d’automatiser certains processus ou décisions, par exemple en mangeant toujours le même déjeuner ou en effectuant les mêmes tâches aux mêmes heures. Être en mode « pilote automatique » pour les décisions peu importantes aide à préserver son énergie mentale pour les activités et les décisions qui comptent réellement.