/news/education
Navigation

De plus en plus d’élèves du secondaire hors du réseau public

De plus en plus d’élèves du secondaire hors du réseau public
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Le nombre d’élèves du secondaire qui fréquentent l’école privée ne cesse d’augmenter selon l’Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) dans une note publiée jeudi.

En 2001-2002, 28% des élèves étudiants au secondaire se tournaient vers les écoles privées. «Treize ans plus tard, c’est près de quatre élèves sur dix qui sont dans cette situation, a indiqué Philippe Hurteau, chercheur à l’IRIS et co-auteur de la note. Avec la concentration des écoles privées dans certaines régions, il n’est pas impossible que pour une région comme Montréal, ce ratio dépasse déjà 50%.»

«Ce système à deux vitesses ne fait que produire et reproduire des inégalités, a pour sa part mentionné Anne-Marie Duclos, chercheure-associée à l'IRIS et également co-auteure de la note. En effet, 72 % des élèves qui fréquentent une école privée proviennent d'un milieu favorisé (revenu familial de 100 000 $ et plus) tandis que les élèves qui proviennent de familles à faible revenu (revenu familial de moins de 50 000 $ par année) ne représentent que 7 % de l'effectif. »

Les chercheurs estiment que le système d’éducation du Québec en est un élitiste. «Alors que la ‘part de marché’ de l'école privée au secondaire est passée de 16,8 % à 21 % en 13 ans, le taux de réussite chez les jeunes a diminué légèrement dans le secteur privé en passant de 98,1 % à 96,2 % entre 2011 et 2015, et a chuté de 91,8 % à 83,6 % pour les jeunes inscrits au public, soit une baisse significative de 8,2 points. Bref, de mettre les enfants privilégiés et doués dans les mêmes classes d'une part n'améliore par leur performance, mais les retirer de l'école commune nuit aux autres», a ajouté Philippe Hurteau.