/finance/business
Navigation

Un McDo doit fermer à cause d’un manque d’employés

Une cinquantaine d’emplois sont à combler au restaurant de Val-d’Or

Un McDo doit fermer à cause d’un manque d’employés
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

VAL-D’OR | Le McDonald’s du centre-ville de Val-d’Or a dû fermer temporairement ses portes en raison de la pénurie de travailleurs qui sévit en Abitibi.

La propriétaire, Isabelle Leblanc, n’a jamais vu une telle situation en 37 ans. Elle a dû se résoudre à fermer son commerce et transférer les employés vers ses deux autres restaurants de Val-d’Or, une ville qui compte 32 000 citoyens.

Avant de fermer son restaurant pour quelques semaines, Mme Leblanc avait décidé de fermer ses restos pendant la nuit et d’augmenter les salaires de ses employés à temps plein à 13 $ de l’heure, soit près de 2 $ de plus que le salaire minimum.

Malgré tout, elle était incapable de combler ses besoins en raison du retour à l’école de plusieurs de ses employés et de l’importante pénurie de travailleurs en Abitibi.

Seulement à Val-d’Or, au moins 400 emplois ne seraient pas comblés, selon la Chambre de commerce. Isabelle Leblanc affirme qu’elle pourrait facilement engager 50 personnes de plus.

Le manque de main-d’œuvre se fait plus criant depuis 2011. L’industrie minière tourne à plein régime et attire beaucoup de travailleurs, avec des salaires élevés.

Pour alléger le problème, Mme Leblanc, qui possède les franchises de McDo de Val-D’Or, Amos, La Sarre et Malartic, a aussi embauché des travailleurs étrangers.

« Depuis avril que c’est ultra difficile, mais avec le retour à l’école, c’est pire, dit Isabelle Leblanc. On va donc rapatrier tout le monde aux deux autres restos de Val-d’Or pendant environ trois semaines, le temps d’un blitz de formations adéquates et d’embauches. C’est une décision pour ne pas brûler les employés en place, et je suis désolée que ça affecte les clients. »

Isabelle Leblanc, au centre, avec ses employées Sonia Letiecq et Mélanie Nolet, dans son restaurant McDonald’s d’Amos, doit faire appel à des travailleurs étrangers pour combler la pénurie de main-d’oeuvre.
Photo courtoisie
Isabelle Leblanc, au centre, avec ses employées Sonia Letiecq et Mélanie Nolet, dans son restaurant McDonald’s d’Amos, doit faire appel à des travailleurs étrangers pour combler la pénurie de main-d’oeuvre.

Hausse des ventes

Ce n’est pas faute de clients qu’elle prend cette décision, puisqu’elle enregistre une hausse des ventes de 5%, même si c’est fermé la nuit.

Elle dit aussi avoir remarqué que d’autres restaurants et commerces de Val-d’Or ont réduit leurs heures d’ouverture par manque d’employés également.

« Les entrepreneurs sont tellement désespérés. On se vole tout le monde », se désole la propriétaire du McDonald’s.

Le taux de chômage en Abitibi est parmi les plus bas au Québec, à 4,7%.

« Ç’a toujours été un dossier prioritaire, mais ça l’est de plus en plus. Il y a la réalité sociodémographique et les étudiants qui retournent à l’école », indique la directrice de la Chambre de commerce Hélène Paradis.

Selon l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue, une entreprise de restauration ou d’hébergement sur trois affiche des postes vacants.

Bienvenue aux immigrants

La solution passe notamment par les travailleurs étrangers, croit Isabelle Leblanc. Elle en a accueilli plusieurs depuis 2012, mais ils sont pour la plupart partis pour les grands centres une fois leur résidence permanente obtenue.

« On a besoin du gouvernement. Il doit faire une politique qui favoriserait les gens qui s’en vont s’établir dans les régions. Et il ne faut pas que ça prenne un an pour prendre ces décisions-là, sinon on va mourir », pense Isabelle Leblanc.

Hélène Paradis croit aussi que l’immigration est une piste de solution intéressante qui est actuellement envisagée.