/24m/job-training
Navigation

Être un bon réseauteur

Être un bon réseauteur

Coup d'oeil sur cet article

Un réseau se sème et se cultive avant de donner des résultats. Et une fois pleinement développé, il s’entretient, même si vous changez de domaine d’activité.

Antoine Palangié - 37e AVENUE

Il faut acquérir le réflexe de réseauter tout le temps, même dans sa vie privée. « Au Québec, les familles sont grandes, il faut en profiter ! explique Lise Cardinal, conférencière et spécialiste en réseautage relationnel. Certaines personnes me disent : “Je consacre le 28 et le 29 de chaque mois au réseautage.” J’ai envie de leur demander : “Donc, vous êtes aimables deux jours par mois et des mufles le reste du temps ?” » Un grand réseauteur se doit d’être constant et patient.

Autre vertu d’un réseauteur, avoir des aptitudes relationnelles. Pour tisser des liens, rien de tel qu’une rencontre en personne, mais là encore, il faut qu’il soit capable de trouver l’équilibre parfois délicat entre une bonne préparation pour passer rapidement son message, et rester fidèle à lui-même.

« Il faut s’intéresser sincèrement à la personne pour réussir à l’intéresser et à la marquer positivement, le tout en moins de 45 secondes, explique Mme Cardinal. Mais attention aux excès ! Les gens aiment acheter, mais détestent se faire vendre. » La plus grave erreur possible, c’est de concevoir le réseautage comme un moyen de prendre, et de ne jamais donner. Créer une relation veut dire avant tout échanger.