/24m/job-training
Navigation

Le réseautage efficace

Le réseautage efficace

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’omniprésence d’Internet, on pourrait penser que réseauter se résume désormais à mettre son CV en ligne, à fréquenter les réseaux sociaux et à envoyer des candidatures groupées par courriel. Grave erreur !

Antoine Palangié - 37e AVENUE

Oui, les réseaux sociaux permettent maintenant de repérer des contacts potentiel et de les évaluer, explique Lise Cardinal, conférencière et spécialiste en réseautage relationnel. Mais il serait réducteur de les considérer comme du « réseautage », insiste-t-elle.

En aucun cas le réseautage numérique ne peut remplacer le réseautage en personne. « Les bases d’une relation solide, c’est une question de chimie entre deux personnes. Or, on ne peut savoir si ça clique que face à face », dit Lise Cardinal.

Des réseaux pas si sociaux

Internet a complètement changé les règles du jeu, jusqu’à mettre la charrue devant les bœufs. « Avant, on rencontrait quelqu’un dans la vraie vie et, s’il y avait affinité, on se documentait sur la personne. Aujourd’hui, on sait tout du parcours et des compétences de notre “prospect” avant même de lui avoir serré la main, illustre Mme Cardinal. Nous nageons en plein paradoxe : les moyens de communication n’ont jamais été aussi nombreux, mais nous nous écrivons des courriels sur le même étage plutôt que de nous parler. Finalement, Internet crée de la distance entre les humains. »

De plus, privilégier la Toile n’est pas forcément productif, car les mirages et les mensonges y pullulent. Outre les CV faux ou « recyclés », Mme Cardinal se souvient d’un formateur qui a communiqué longtemps via Internet avec un associé potentiel pour se rendre compte finalement qu’il était... bègue.

Comme Internet est devenu la norme du réseautage, Lise Cardinal conseille de lui tourner parfois le dos pour se démarquer. « Utilisez-le pour cibler une entreprise et une personne qui y travaille, mais déposez votre candidature en personne. Vous avez bien plus de chances d’être lu avec une feuille de papier qu’avec un courriel noyé parmi des centaines d’autres. »