/finance
Navigation

L’industrie touristique retient son souffle

Les voyageurs québécois pourraient se tourner vers le Mexique

Cuba retenait son souffle hier à l’approche d’Irma. Si ce dernier frappe la populaire destination touristique, les forfaits offerts à bas prix aux Québécois pourraient être introuvables. Sur la photo, des habitants de la ville de Caibarién apportant leurs biens.
Photo AFP Cuba retenait son souffle hier à l’approche d’Irma. Si ce dernier frappe la populaire destination touristique, les forfaits offerts à bas prix aux Québécois pourraient être introuvables. Sur la photo, des habitants de la ville de Caibarién apportant leurs biens.

Coup d'oeil sur cet article

Irma pourrait faire mal au portefeuille des Québécois qui risquent de devoir payer plus cher pour leurs vacances l’hiver prochain, car les destinations abordables seront plus rares, craignent des agents de voyages consultés.

« Si l’ouragan frappe Cuba, les forfaits tout inclus les moins chers de 600 $ à 1000 $ ne se trouveront plus », lance Christophe Serrano, propriétaire de l’agence Voyages Super Prix et Voyages en direct, à Montréal.

Selon lui, si les Cayos de Cuba sont touchés, les touristes qui ont seulement les moyens de se payer des forfaits à bas prix décideront tout simplement de ne pas voyager, ce qui pourrait faire très mal aux agents de voyages.

Annie Gauthier, porte-parole de CAA Québec, estime pour sa part qu’il est trop tôt pour anticiper le comportement du marché. « Est-ce qu’il y a des gens qui voudront profiter de la situation ? Il faut laisser tomber la poussière avant », dit-elle.

Inquiet

Patrick Giguère, directeur de Voyages Constellation, avoue aussi être inquiet par la visite prévue d’Irma à Cuba. « C’est une bonne chose que la République dominicaine ait été épargnée... mais j’en aurai plus le cœur net quand on saura pour Cuba », affirme-t-il.

Paul Arsenault, titulaire de la Chaire de tourisme Transat, rappelle que Cuba est un pays communiste où la main-d’œuvre ne manque pas. Il pense que les Cubains ne tarderont pas un instant avant de tout reconstruire à temps pour les vacances de Noël. « Cuba ne restera pas fermé une minute. J’irai jusqu’à dire que même si l’île est très touchée, c’est certain que tout sera refait d’ici le mois de décembre », dit-il.

Mémoire courte

<b>Christophe Serrano</b><br />
Prop. d’agence
Photo Francis Halin
Christophe Serrano
Prop. d’agence

Les Québécois ont la mémoire courte, précise M. Arsenault, qui rappelle que les touristes d’ici continuent d’opter pour les destinations des Caraïbes depuis des années plutôt que de choisir la côte Ouest, moins touchée par les caprices de la météo.

Pour Christophe Serrano, il ne fait pas de doute par ailleurs que c’est le Mexique qui raflera les clients.

« Je ne pense pas que les gens vont bouder le soleil », résume Patrick Giguère.