/sports/opinion/columnists
Navigation

Préparer les Carabins à la vie

Robert Dutton est engagé auprès de la jeunesse.
Photo Martin Alarie Robert Dutton est engagé auprès de la jeunesse.

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’il était PDG de RONA, Robert Dutton a fait un jour la connaissance de Maxime Gagnier, ancien capitaine de l’équipe de football des Carabins de Montréal, qui travaillait au sein de l’entreprise. Le patron était à la recherche d’un directeur de la commercialisation et Gagnier lui avait été présenté comme le Sidney Crosby du marketing. Conquis par la personnalité de Gagnier, il lui a offert le poste.

Il y a moins longtemps, alors qu’il assistait au Gala Méritas des Carabins à titre de professeur à l’École des dirigeants HEC, Dutton a été une fois de plus impressionné par la personnalité des athlètes honorés à cette occasion. Il a découvert des jeunes adultes dotés de belles aptitudes pour affronter la vie.

Il a communiqué avec Manon Simard, directrice du sport d’excellence à l’Université de Montréal, qui l’avait invité à la soirée, pour élaborer avec elle un programme axé sur le leadership dans le monde du travail pour les étudiants-athlètes.

Préparer la transition

Tout est en place aujourd’hui.

Les étudiants-athlètes de l’institution auront bientôt accès à des ateliers portant sur des thèmes tels que la connaissance de soi, le leadership éthique et durable, la recherche d’emploi et le plan de carrière ou les finances personnelles. Le programme offrira aussi des stages en entreprise et du mentorat.

Les dirigeants de l’université étaient très heureux d’en annoncer les grandes lignes, hier, dans le cadre de la conférence de presse tenue en marge de l’affrontement attendu de demain après-midi entre les Carabins et le Rouge et Or de l’Université Laval, au CEPSUM.

Les étudiants-athlètes, tous sports confondus, peuvent participer au programme.

« Les jeunes doivent apprendre à se connaître eux-mêmes et à communiquer, a dit Robert Dutton, un personnage engagé auprès de la jeunesse.

On va leur montrer comment préparer leur transition de carrière. On a des conseillers, l’université en a aussi. On va les aider à s’impliquer dans la société et leur permettre de rencontrer des gens qui seront de bons exemples à suivre. On suivra leurs stages en entreprise. »

Valeurs gagnantes

Dutton ne se décrit pas comme un grand sportif. Mais il sait ce que le sport procure sur le plan de l’intellect.

« Les valeurs associées au sport sont la discipline, le travail d’équipe et la résilience. Les athlètes apprennent à gagner et à composer avec la défaite. Car on ne gagne pas non plus tous les jours dans la vie.

« On a de bons jeunes. Il faut les mettre en évidence. »

Dutton a tout à fait raison de dire qu’il y a de bons jeunes. Ils ne sont pas tous comme ceux qui font malheureusement les manchettes pour de mauvaises raisons.

On l’oublie trop souvent. Nos écoles sont remplies de jeunes bien intentionnés qui veulent réussir leur vie.

Beau défi

Dutton, dont le règne de 20 ans à la présidence de RONA a pris fin sur une note amère dans la chevauchée de la vente de la compagnie au géant américain Lowe’s, s’est donné la mission de leur venir en aide.

« C’est devenu ma vie, affirme-t-il Je rencontre tellement de gens positifs dans mon rôle de professeur. Quand des jeunes entrent dans mon bureau et me disent qu’ils veulent changer le monde, ça me fait vivre.

« Je ne joue pas au golf et je ne me vois pas aussi sur un terrain en train de blaguer avec des gens de mon âge [il a 65 ans]. Je veux me consacrer à l’avenir de notre jeunesse les 40 ans qu’il me reste », ajoute-t-il avec un sourire.

Dutton a eu 20 ans, lui aussi.

Son père tenait à Laval une quincaillerie qui faisait partie de la chaîne RONA, à l’époque où celle-ci formait une coopérative.

« Mon père voulait que je prenne la relève, mais j’étais très gêné et je n’avais pas confiance en moi », raconte-t-il.

Deux ou trois ans plus tard, il m’a présenté à un dirigeant de RONA qui recherchait une personne pour gérer le service du marketing. »

Sa carrière était lancée dans l’entrepreneuriat. Il a été au service de RONA durant 35 ans.

 

Sur le même sujet