/news/consumer
Navigation

Boire de la bière IPA pourrait faire croître les seins des hommes

Le houblon présent dans les bières IPA (India Pale Ale) contiendrait un taux élevé de phytoestrogènes qui contribueraient au développement des seins chez les hommes.
Photo Fotolia Le houblon présent dans les bières IPA (India Pale Ale) contiendrait un taux élevé de phytoestrogènes qui contribueraient au développement des seins chez les hommes.

Coup d'oeil sur cet article

Si le phénomène de la «bedaine de bière» est bien connu, celui des «man boobs» l’est beaucoup moins. En effet, le houblon présent dans les bières IPA (India Pale Ale) contiendrait un taux élevé de phytoestrogènes qui contribueraient au développement des seins chez les hommes.

Sur son site, The Independent rapporte que dans son livre de 1998, Sacred and Herbal Healing Beers, l’herboriste Stephen Harrod Buhner explique que le houblon a trois grands effets sur le corps : il améliore le sommeil, permet un bon roulement de la vessie en agissant comme un diurétique et agit comme une source naturelle de phytoestrogènes.

Ces molécules d’origines végétales agissent dans l’organisme comme des œstrogènes naturellement produits par le corps. La similitude des structures entre ces hormones sexuelles féminines et les phytoestrogènes seraient si fortes que ces derniers sont prescrits pour aider à dormir ou à limiter les effets de la ménopause.

Selon l’herboriste, si les hommes en consomment en trop grande quantité, ces phytoestrogènes contribueraient au développement anormal des glandes mammaires ainsi qu’au dysfonctionnement érectile lorsqu’ils en boivent trop.

«Après une exposition à long terme aux propriétés oestrogéniques du houblon, les hommes ont de la difficulté à maintenir une érection», peut-on lire dans l’ouvrage.

Des solutions

Pour éviter d’avoir ce que «The Independent» surnomme des «moobs», il faut réduire sa consommation d’alcool, de sucre et de glucides. Aussi, pratiquer de l’exercice physique serait important puisque la testostérone produite lors des activités sportives annule les effets des phytoestrogènes. Certains aliments peuvent aussi faire la différence, par exemple les épinards, les choux, les choux de Bruxelles ou encore les brocolis.