/sports/others
Navigation

Première femme au Canada à obtenir le 5e dan au karaté

france carrier
Photo Caroline Lepage France Carrier s’est entraînée pendant 10 ans pour réussir à convaincre les juges japonais de lui accorder son cinquième dan.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Une femme de 64 ans, de l’Estrie, est devenue la première au Canada à obtenir un cinquième dan en karaté kyokushin.

Lorsque France Carrier s’est mis dans la tête d’obtenir un cinquième dan, il y a 10 ans, son maître, André Gilbert, lui avait dit de ne même pas y penser. Cette discipline est très discriminatoire et ceux qui octroient les grades au Japon refusaient de reconnaître une femme.

Contrairement à leurs homologues masculins, les athlètes féminines doivent payer toutes leurs dépenses lors des compétitions de karaté au Japon. Si elles gagnent, elles n’ont même pas accès au podium.

Après des années de démarches, shihan André Gilbert a réussi l’impossible pour son élève.

« C’est grâce à lui si les responsables, au Japon, ont accepté que je passe les tests », raconte cette femme, reconnaissante.

Elle s’est donc rendue au Japon le printemps dernier pour passer les tests qui allaient couronner ses 40 ans d’entraînement en karaté. Elle était extrêmement nerveuse.

« Ça me rongeait ! Je n’arrivais même pas à manger ! » s’exclame-t-elle.

Pendant deux jours, elle était logée dans un camp avec d’autres candidats, féminins et masculins. En rafale, elle a dû effectuer plusieurs séries de katas, des exercices cardio, des techniques d’autodéfense, en plus de réussir 10 combats.

« C’était très intense », commente la femme de 64 ans.

Elle réussit

Le karaté kyokushin est le pionnier des combats « plein contact ». Ce style est parmi les plus populaires au monde.

À la fin des épreuves, Mme Carrier ignorait si ses performances satisfaisaient les nombreux juges qui l’examinaient.

« Aujourd’hui, tu as fait ma fierté », lui avait communiqué son maître, shihan André Gilbert, qui l’accompagnait.

Toutefois, celle qui dirige cinq écoles de karaté à Sherbrooke préférait ne pas se faire d’illusions. Environ 10 semaines plus tard, elle a été informée de sa victoire.

« J’en pleurais », raconte-t-elle, émue.

Shihan

De ce fait, elle a donc accédé au prestigieux titre de shihan.

Une cérémonie est prévue le 23 septembre, alors que M. Gilbert lui remettra son certificat et sa ceinture 5e dan devant des centaines d’élèves de karaté.

Selon France Carrier, les femmes ont avantage à pratiquer le karaté, notamment pour savoir se défendre.

Cette discipline lui apporte beaucoup, tant sur les plans physique et moral que spirituel. « J’aime ça comme au premier jour... et même plus », dit-elle.