/weekend
Navigation

Un rôle plus mature pour Sophie Nélisse

Sophie Nélisse dans une scène du film Et au pire, on se mariera.
Photo COURTOISIE Sophie Nélisse dans une scène du film Et au pire, on se mariera.

Coup d'oeil sur cet article

Le film Et au pire, on se mariera marque un tournant important dans la carrière de Sophie Nélisse. S’éloignant de l’image de la petite fille parfaite, l’actrice de 17 ans y joue son rôle le plus mature et complexe à ce jour, en se glissant dans la peau d’une adolescente qui tombe en amour avec un homme deux fois plus âgé qu’elle. Un rôle qui lui a d’abord fait peur, a-t-elle admis en entrevue.

En fait, ce rôle lui a tellement fait peur qu’elle l’a d’abord refusé quand la cinéaste Léa Pool le lui a proposé pour la première fois, il y a environ trois ans.

« Il y avait des scènes de sexe et ça me mettait extrêmement mal à l’aise », explique la jeune actrice à propos de ce premier refus.

« À ce moment-là, je n’avais même pas encore embrassé un gars dans ma vie alors je ne me sentais vraiment pas prête à jouer dans des scènes de sexe. J’ai donc refusé sur le coup. Puis, trois ans plus tard, avec la maturité, j’ai relu le scénario et je l’ai vu d’un autre œil. Je trouvais que c’était un rôle qui ne ressemblait pas à ce que j’avais fait avant. C’était singulier, particulier. Ça m’intriguait.

« Mais malgré cela, les scènes de sexe étaient toujours là et ça me rendait encore mal à l’aise. J’en ai donc parlé à Léa (Pool) pour savoir si on pouvait en enlever ou les changer. Elle a été très ouverte d’esprit et à l’écoute et on a modifié certaines scènes pour que je me sente plus confortable à les jouer. »

Entre mensonges et réalité

Adapté du roman du même titre de l’auteure Sophie Bienvenu, Et au pire, on se mariera est centré autour du personnage d’Aïcha (Sophie Nélisse), une adolescente qui vit seule avec sa mère (jouée par Karine Vanasse) et qui tombe follement amoureuse d’un jeune homme qui a deux fois son âge (Jean-Simon Leduc).

Dans le film, Aïcha raconte ce qu’elle vit, et sa version des faits se perd souvent entre la réalité et les mensonges.

« Même si on est très différentes, Aïcha me ressemble sur certains points», observe Sophie Nélisse qui tourne présentement dans un thriller d’action anglophone à Londres et au Maroc.

« C’est sûr que je suis plus sage qu’elle et que j’ai une relation beaucoup plus saine qu’elle avec ma mère, avec qui je m’entends très bien. Mais je me suis reconnue dans ce qu’elle vit dans le sens que mon copain a quatre ans de plus que moi. Quand Aïcha se fait dire qu’elle est trop jeune pour être avec lui, je me suis déjà fait dire ce genre de choses par mon copain quand on s’est rencontrés il y a deux ans. Quand je lisais le scénario, j’avais parfois l’impression qu’il avait été écrit pour moi. Je pouvais facilement m’identifier à plusieurs scènes du film.

« Mais c’est sûr que c’est un rôle qui marque une nouvelle étape pour moi dans la mesure où il brise l’image de la petite fille cute. Je crois que ce film démontre que j’évolue comme actrice et comme fille. »

Aussi, à sa grande surprise, les scènes d’amour du film se sont avérées moins difficiles à tourner qu’elle l’appréhendait au départ :

« Finalement, ce n’était pas stressant pantoute, lance-t-elle. Il y avait des scènes où j’étais couchée sur le ventre et on me flattait le dos. C’était comme un massage gratuit ! On en a ri plus qu’autre chose. Les scènes les plus difficiles à jouer ont finalement été les scènes plus dramatiques où j’éclatais en sanglots. Il fallait aller chercher des émotions douloureuses qu’on n’a pas nécessairement envie de vivre. »

Une fille authentique

Si l’auteure Sophie Bienvenu et la réalisatrice Léa Pool connaissaient déjà Sophie Nélisse pour ses performances à l’écran (dans Monsieur Lazhar et La voleuse de livres, notamment), c’est en la voyant accorder une entrevue dans une émission de télé il y a quelques années qu’elles ont senti qu’elle serait parfaite pour le rôle d’Aïcha.

« En entrevue, je n’ai pas de filtre et je crois que c’est quelque chose qui plaît aux gens, souligne Sophie Nélisse. Je n’essaie pas de plaire avec mes réponses. Je dis ce que je pense et je crois que les gens trouvent ça drôle et me trouvent vraie et authentique. »


Le film Et au pire, on se mariera prendra l’affiche le vendredi 15 septembre.