/travel
Navigation

Coup de coeur en terre viking

Coup d'oeil sur cet article

On nous a traités de fous. Quoi ! vous allez vraiment sacrifier deux semaines d’été pour aller vers le froid, jusqu’au nord du cercle arctique ? La Norvège et ses fjords recelaient une forme d’exotisme pour nous... Et pour visiter le pays des Vikings, quoi de mieux que de partir en croisière afin de se rappeler ces aventureux marins !

Dès l’embarquement à Southampton, en Angleterre, la fébrilité se fait sentir chez les voyageurs, qui sont excités à l’idée de voir les fameux fjords norvégiens tant vantés dans les magazines touristiques. Pendant 14 jours, le navire sillonnera la côte ouest de la Norvège pour explorer les endroits les plus reculés. L’itinéraire propose un mélange de villes portuaires, mais aussi de villages qui ne figurent sur aucune carte du monde. Nous apprécions déjà cette mixité lors du premier arrêt à Stavanger, d’où nous prenons un petit bateau pour découvrir le relief majestueux du Lysefjord avant de rentrer arpenter la cité à pied.

C’est à Flam, un hameau de 350 habitants, que nous vivons notre premier véritable coup de cœur. On croirait presque retrouver un village viking caché au fond de l’Aurlandsfjord ! À bord du train, le Flamsbana, nous découvrons toute la beauté de la vallée située entre Flam et Myrdal. Chaque courbe, chaque sortie de tunnel entraînent son lot d’exclamations des touristes ravis. Les amateurs de plein air sont aussi ravis puisque l’endroit est parfait pour la randonnée.

En route vers l’arctique

Au fil des jours, nous découvrons d’autres villes comme Trondheim ou Tromso. Chaque fois, le charme opère, car tout est simple : le navire accoste près du centre-ville et il est facile d’explorer au hasard des rues. Certains passagers choisissent des excursions organisées, mais nous optons plutôt pour des balades improvisées. La Norvège est un pays sécuritaire dont la population maîtrise l’anglais. C’est aussi un endroit où la nature côtoie souvent la ville. Quoi de mieux, par exemple, que de brûler les calories accumulées en montant les 416 marches du mont Aksla, au cœur d’Alesund ? La récompense réside dans l’imprenable vue sur la ville qui s’étend sur plusieurs îles. Un tel effort autorise aussi une gâterie sucrée puisqu’il faut absolument goûter à un svele, un dessert qui ressemble à un pancake américain, mais servi froid, avec du sucre.

Vers six heures, au matin du 23 juin, nous traversons le cercle arctique. Pendant quelques jours, aucun coucher de soleil et lumière constante ! Le navire s’arrêtera dans trois ports en zone polaire, dont Honningsavg, qui mène au Nordkapp (ou cap Nord), l’escale vedette et aussi la plus au nord. Le cap est en fait une immense falaise qui donne sur les océans Atlantique et Arctique. La beauté aride de ce désert de roches ne peut que nous subjuguer. Le même ravissement nous attend à Gravdal, porte d’entrée des îles Lofoten. Ici aussi, toutes sortes d’excursions sont offertes, de la visite du musée viking à celle d’un village de pêcheurs, mais nous optons pour une randonnée dont le seul but est de jouir du panorama. Le relief escarpé est saisissant et la brume qui s’installe confère une touche de mystère à tout l’archipel.

Paysages grandioses

Alors que nous entamons la dernière ligne droite de la croisière, s’offre à nous Skjolden, un village de 200 habitants littéralement encastré entre les montagnes surdimensionnées du Lustrafjord. Nous sommes sous le choc devant tant de beauté que le soleil radieux décuple. Les nombreux sentiers de randonnée qui sillonnent les montagnes permettent d’atteindre des endroits où la vue est à couper le souffle. L’arrêt à Skjolden est celui qui nous mène le plus loin à l’intérieur de la Norvège, dont le navire a surtout longé les côtes jusqu’ici. Pour en repartir, il faut mettre plusieurs heures afin de sortir du fjord. Nous en profitons donc pour nous rendre au pont supérieur et regarder défiler le paysage grandiose sous nos yeux ébahis.

Notre dernière escale, limitée à quelques heures, se fait à Bergen. Un tour de funiculaire pour grimper le mont Floyen situé au cœur de la ville, une randonnée pour redescendre et il nous faut déjà reprendre la mer. C’est trop court, mais heureusement, la Norvège nous a tellement comblés depuis deux semaines !

Faut-il donc être fous pour se rendre en Norvège en été ? Sûrement pas ! Surtout si vous décidez de vous y rendre à la mi-juin puisque les prix sont alléchants.

La Norvège, ce n’est pas la prolongation de nos hivers insupportables... c’est le Nord comme vous ne l’avez jamais vu !