/entertainment/movies
Navigation

Époustouflante Jennifer Lawrence

L’actrice joue une femme au bord de la folie dans Mother !

CANADA-2017-TORONTO-INTERNATIONAL-FILM-FESTIVAL---"MOTHER!"-PRES
Photo AFP Jennifer Lawrence a présenté dimanche le thriller Mother ! (Mère !) au Festival de Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

Quelques jours après avoir fait tourner les têtes sur le tapis rouge de la Mostra de Venise, Jennifer Lawrence a fait sensation dimanche au Festival de Toronto en présentant le « thriller » horrifique Mother ! dans lequel elle livre une performance époustouflante sous les traits d’une jeune femme qui vit un véritable cauchemar.

Jennifer Lawrence ne cessera jamais de nous surprendre. On croyait avoir tout vu du talent extraordinaire de cette jeune femme de 27 ans qui collectionne les nominations aux Oscars, mais voilà qu’elle réussit à nous étonner encore une fois avec un des rôles les plus intenses et renversants de sa carrière.

Dans Mother !, nouveau film du cinéaste Darren Aronofsky qui a été tourné à Montréal à l’été 2016, Lawrence se glisse donc dans la peau d’une jeune femme vivant avec son conjoint écrivain (Javier Bardem) dans une belle grande maison isolée qu’elle s’affaire à rénover et à décorer avec amour.

Leur petite vie paisible sera bouleversée le jour où un homme étrange (Ed Harris) et sa femme (Michelle Pfeiffer) viendront cogner à leur porte et se feront offrir l’hospitalité par l’écrivain. Ces deux visiteurs se feront de plus en plus envahissants pour l’hôtesse de la maison, qui est loin de se douter du cauchemar qu’elle s’apprête à vivre.

« C’est un personnage totalement différent de ceux que j’avais joués avant, et il m’a forcée à explorer des sentiments dont je ne savais même pas qu’ils existaient », a expliqué dimanche Jennifer Lawrence en conférence de presse.

D’ailleurs, l’actrice est partout dans le long-métrage, filmée la plupart du temps de très près. Darren Aronofsky a souligné dimanche que, pour plus de 66 minutes du film, la caméra avait été collée sur le visage de l’actrice.

« Le film a son propre langage, auquel il a fallu que je m’habitue, a souligné à ce sujet Jennifer Lawrence. Je n’avais jamais tourné dans un film où j’avais la caméra autant collée sur moi. »

Repousser les limites

Comme il l’avait déjà fait dans certains de ses films précédents (dont Le cygne noir), Aronofsky s’amuse à repousser les limites du cinéma de genre.

« L’objectif, pour moi, était de faire un film unique, a indiqué Aronofsky. Je suis le premier à me plaindre que les films se ressemblent souvent trop. Avec Mother !, on est allés très loin, peut-être trop, mais, au moins, on offre une proposition différente. »