/weekend
Navigation

Laura Sauvage est de retour

Vivianne Roy présentera les chansons qui composent le nouvel opus de son projet Laura Sauvage sur la scène du Théâtre Rialto, le 16 septembre, dans le cadre de Pop Montréal.
Photo courtoisie Vivianne Roy présentera les chansons qui composent le nouvel opus de son projet Laura Sauvage sur la scène du Théâtre Rialto, le 16 septembre, dans le cadre de Pop Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Auteure-compositrice-interprète prolifique et passionnée, Vivianne Roy ne chôme jamais. À preuve, entre deux concerts offerts aux côtés de ses complices des Hay Babies, l’artiste a trouvé le temps de concocter The Beautiful, deuxième opus de son projet Laura Sauvage, un disque qui marque également ses débuts en tant que réalisatrice.

« Dès que j’ai du temps off à la maison, je finis par juste composer de la musique », a expliqué l’artiste, lors d’une entrevue accordée au Journal.

« Les membres des Hay Babies habitent encore au Nouveau-Brunswick, alors que moi, je suis installée à Montréal, a poursuivi celle qui a grandi à Rogersville, à l’est de la province. Quand mon chum part travailler, je me dis qu’il faut que je travaille aussi. Je dois me sentir productive. »

Contrairement au country-folk ou au rock-électro-rétro qu’elle crée avec ses complices Katrine Noël et Julie Aubé, la musique de Laura Sauvage lui permet d’explorer un côté plus « sale », plus garage rock, sur ses chansons. Le résultat, comme en témoignent les critiques élogieuses qu’a reçu son premier disque Extraordinormal, paru en 2016, ne pourrait être plus heureux.

« J’essaie toujours de créer pour Les Hay Babies, d’abord et avant tout. C’est ma priorité, a souligné la musicienne. Si ça ne sort pas comme ça, j’essaie de rester créative quand même. Je finis la chanson et souvent, ça devient du Laura Sauvage. »

Réalisatrice

Vivianne Roy dit avoir concrétisé un rêve de longue date en assurant la réalisation de son deuxième opus.

« Depuis l’âge de 12 ans, je dis que je veux réaliser des albums. C’est ce qui m’a motivé le plus à faire de la ­musique », a-t-elle confié.

Pour les besoins de son premier disque, la chanteuse s’était entourée du réalisateur et musicien Dany Placard, de qui elle a énormément appris.

« Cette fois-ci, je me sentais prête (...) Quand Dany m’avait proposé de faire mon projet solo, il y a quelques années, mon objectif, au fond, c’était d’écrire le plus de tunes possible pour pouvoir recorder le plus possible. Je voulais apprendre », a-t-elle expliqué.

« Quand j’écris les tunes, j’entends les arrangements dans ma tête, a-t-elle ajouté. Le premier extrait (Alien), je savais qu’il n’allait pas sonner comme le reste de l’album, qu’il allait être super kitsch. Ça me fait du bien. C’est la première fois que j’entends vraiment en vrai ce que j’entends dans ma tête. »

Trump

Au départ, The Beautiful devait être un EP. Cependant, en raison de demandes de son label français, l’artiste a dû se remettre au travail et créer de nouvelles pièces afin d’en faire un disque complet. À ce moment-là, Donald Trump était sur le point de devenir le 45e président des États-Unis.

« Je ne veux pas être political, dans ma musique, mais c’est un disque political. L’album parle de ce que nos voisins américains vivent. Ça parle aussi du fait que nous sommes obligés de vivre certaines choses, même si ce n’est pas nous qui avons voté », a souligné celle qui a notamment composé une chanson qui s’intitule Song For D.J.T., dans lequel elle dit ses quatre vérités au controversé dirigeant.

La musicienne, qui compte présenter ses nouvelles pièces aux États-Unis, au cours des mois à venir, espère que son disque n’insultera pas certains de ses fans.

« Peut-être que je ne parlerai pas trop de cela, une fois sur place. Je ne sais pas trop comment ça va être reçu (...) Je suis fière du travail que nous avons accompli. Je l’assume totally. »

► Plus de détails au laurasauvage.com.