/opinion/columnists
Navigation

Organisons une « Off » consultation !

Coup d'oeil sur cet article

Souvent, dans les festivals, il y a un « Off » festival.

Un festival plus underground qui se tient en même temps, mais dans des salles adjacentes.

C’est la même chose dans le quartier des théâtres à New York.

Il y a Broadway, qui présente des comédies musicales hyperpopulaires, et le « Off » Broadway, qui propose des pièces plus audacieuses, plus surprenantes.

SALUER NOTRE OUVERTURE

Eh bien, on devrait organiser une « Off » consultation sur la discrimination systémique et le racisme.

Qui se déroulerait aux mêmes dates.

Mais au lieu d’y entendre des militants professionnels dénoncer le racisme des Québécois, on y enten­drait des Néo-Québécois et des enfants d’immigrants saluer notre ouverture, notre tolérance et notre générosité.

Vous savez quoi ? Je suis sûr qu’il y aurait plus de gens qui voudraient y participer.

Car quoi qu’en disent les porte-parole autoproclamés de telle ou telle communauté (comment peut-on prétendre parler au nom de tous les Noirs ou de tous les musulmans ?), je suis convaincu que la majorité des Québécois nouvellement arrivés nous aiment.

Qu’ils aiment notre joie de vivre, notre gentillesse, notre bienveillance.

Ce qui est désolant, avec les exercices comme celui qui va bientôt se tenir, gracieuseté du premier minis­tre Philippe Couillard, c’est qu’on n’y entend que ceux qui ne sont pas contents.

Ceux qui sont heureux et qui n’ont rien à nous reprocher resteront tranquillement chez eux.

Ils ont d’autres choses à faire, d’autres chats à fouetter que de perdre une journée de travail pour aller dire à des experts que, selon eux, il n’existe pas de discrimination ni de racisme systémique au Québec.

CEUX QUI NE SONT PAS CONTENTS

C’est toujours comme ça.

Qui manifeste contre telle ou telle loi du gouvernement ? Qui sort dans la rue pour taper sur des casseroles ? Qui organise des marches, des manifestations ?

Ceux qui ne sont pas contents.

Les autres restent chez eux.

Ou ils travaillent.

On pourrait appeler ça la « Consultation sur la tolérance systémique et la générosité ».

Une consultation qui s’intéresse à ce qui va bien au Québec.

N’ayez crainte, vous n’aurez pas besoin de vous déplacer pour vous faire entendre, vous n’êtes pas comme les manifestants professionnels, vous avez une vie à vivre, vous n’êtes pas payés pour dire que tout va mal, vous ne bénéficiez pas d’un budget alloué par l’État pour gueuler contre l’État.

Vous n’aurez qu’à nous envoyer vos commentaires et vos témoignages par courriel.

Une vidéo, un texte.

Des sourires.

UN CONTRE DISCOURS

Une commission d’enquête ou une consultation publique, c’est comme un média.

Un avion qui atterrit sans problème ne constitue pas une nouvelle, on ne met pas ça en première page et on n’ouvre pas un bulletin d’information avec ce non-événement.

Alors qu’un accident...

De même, c’est le rôle d’une consultation que de mettre l’accent sur ce qui ne va pas.

Quand on regardait la commission Charbonneau, on avait l’impression que tous les entrepreneurs en construction et tous les politiciens étaient corrompus.

Or, ce n’est pas le cas.

Idem pour nos relations avec les « personnes racisées ».

Pendant des jours, on va nous dire que nous sommes intolérants.

Pourquoi n’organiserions-nous pas une « Off » consultation pour faire entendre un contre-discours ?