/news/currentevents
Navigation

Equifax: les demandes de recours se multiplient

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Un autre recours collectif a été déposé lundi à Montréal et une troisième au pays pourrait être déposée en moins d’une semaine contre l’agence d’évaluation de crédit Equifax, visée par une attaque informatique majeure.

Le recours collectif cherche à obtenir 550 millions de dollars canadiens en dommages et intérêts pour «tous les habitants au Canada dont les informations étaient enregistrées dans les bases de données d’Equifax et ont été obtenues sans autorisation entre le 1er mai et le 1er août 2017», selon un communiqué du cabinet d’avocats de Toronto, Sotos.

«Merchant Law Group LLP a émis une action collective à portée nationale au nom des Canadiens affectés par la faille de sécurité ayant mené au vol de données d’Equifax», peut-on lire sur le site web de la firme d’avocats.

À Montréal, le requérant de la demande d’action collective déposée lundi s’appelle Daniel Li.

«Equifax a révélé que la faille de sécurité découverte le 29 juillet 2017 pourrait avoir exposé les informations confidentielles d’environ 143 millions d’individus aux États-Unis. La compagnie a également mentionné que les informations confidentielles d’un nombre inconnu de citoyens du Canada et du Royaume-Uni ont été compromises», a souligné la firme.

La compagnie a dévoilé jeudi dernier qu’elle avait été victime de cette cyberattaque. Depuis, au moins une trentaine de demandes d'autorisation d'intenter une action collective ont été déposées aux États-Unis et au Canada, selon Global News. Outre Montréal, une requête a été déposée vendredi en Colombie-Britannique et une autre pourrait être déposée jeudi en Ontario.

«Ce ne sera peut-être pas la plus grande cyberattaque, mais c’est plus impactant», a indiqué à Global Tony Merchant, l’avocat saskatchewanais de Merchant Law Group.

Selon Equifax, les pirates ont été en mesure d’accéder aux informations personnelles comme des noms, des numéros d’assurance sociale, des dates de naissance, des adresses et des numéros de permis de conduire.

Le nombre de Canadiens touchés par cette cyberattaque n’a toutefois pas été précisé.

L'entreprise a assuré qu'elle allait retravailler avec les autorités américaines, canadiennes et britanniques pour déterminer les actions à entreprendre pour les clients touchés dans ces pays.