/news/currentevents
Navigation

Le Jardin des glaciers condamné à verser 19 000 $ à un ancien directeur

Cédric Mimeault, ancien directeur administration, marketing et organisation, du Jardin des glaciers.
Photo Agence QMI, Le Plein Jour de Baie-Comeau Cédric Mimeault, ancien directeur administration, marketing et organisation, du Jardin des glaciers.

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-COMEAU | Le jardin des glaciers, un site d’interprétation sur la période de la dernière glaciation situé à Baie-Comeau, devra verser 19 000 $ à un ancien directeur général.

Cédric Mimeault s’est vu octroyer cette indemnisation par la Cour du Québec. Il demandait, au départ, 72 000 $ en salaires et avantages sociaux impayés depuis 2013.

Le procès a permis d’exposer des lacunes au niveau de la gestion de l’attraction touristique, qui avait fermé ses portes en mai 2013 avant de renaître sous une forme réduite un an plus tard. Cédric Mimeault était le directeur-général au moment de la fermeture.

Devant la cour, il a raconté avoir accepté le poste en 2012 pour une période de 12 mois, malgré les rumeurs de difficultés financières qui circulaient.

Le représentant de la Ville de Baie-Comeau au conseil d’administration du Jardin des glaciers, Carl Prévéreault, a témoigné que personne dans l’ancienne administration ne vérifiait les heures supplémentaires. Sur le registre des salaires, la colonne des vacances ne concordait jamais selon lui.

Le conseil d’administration du Jardin des glaciers n’a d’ailleurs jamais informé Cédric Mimeault que son contrat était échu, contrat qu’il n’a d’ailleurs jamais vu ni signé.

On apprend aussi que l’ancien directeur général avait pris l’habitude de transformer son temps supplémentaires accumulé pendant l’été en vacances. Cependant, personne au sein du conseil d’administration ne semblait être au courant de cette façon de faire. «Si le conseil d’administration de la Corporation n’en a pas été informé [...], cela ne constitue pas un moyen de défense. La Corporation ne peut invoquer sa propre négligence dans la gestion et par conséquence, l’ignorance de faits qu’elle aurait dû connaître», peut-on lire dans le jugement de la Cour du Québec.

Avec tous ces éléments, la juge Sonia Bérubé a conclu que personne ne connaissait les conditions de travail de Cédric Mimeault à l’intérieur de l’organisation et a condamné le Jardin des Glaciers à lui verser un peu plus de 19 000 $ pour des salaires et avantages sociaux impayés depuis 2013.

Yvon Boudreau, le président de la Corporation de Plein Air Manicouagan qui gère le Jardin des glaciers, a mentionné qu’il se soumettra au jugement de la Cour du Québec.