/sports/opinion/columnists
Navigation

Trop facile de voler les signaux

Baseball Catcher Giving Sing
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

De connaître le tir que le lanceur va effectuer avant que la balle soit lancée est un avantage considérable pour un frappeur. C’est un peu comme avoir en avance les questions d’un examen à l’école...

La semaine dernière, les Yankees de New York ont accusé les Red Sox de Boston de voler les signaux du receveur et de les transmettre aux frappeurs avec l’aide d’un coordonnateur vidéo et de la montre Apple. Même s’il n’existe pas de réglementation concernant la pratique de vols de signaux, des règlements interdisent l’utilisation d’appareils électroniques dans l’abri.

Rob Manfred, le commissaire du baseball majeur, annoncera cette semaine quelle sera la pénalité imposée aux Red Sox pour cette controverse. J’espère que les dirigeants, par leurs sanctions, enverront un message très clair aux Red Sox et au reste du baseball qu’une telle tricherie n’est pas tolérée.

Certaines gens m’ont dit au cours des derniers jours : « Derek, ça fait 100 ans que le vol de signaux existe, c’est une pratique courante. »

Oui et non. Il est certain que ça existe, mais on ne voit pas ça si souvent.

L’interdiction du vol de signaux fait partie des lois non écrites du baseball. Et qui dit lois non écrites, dit règlements de comptes sur le terrain.

Enfantin

Il y a différentes raisons pour lesquelles on ne voit pas ça souvent. Premièrement, c’est dangereux. Si on soupçonne ton équipe de relayer les signaux aux frappeurs, quelqu’un va se faire atteindre par le lanceur.

En deuxième lieu, ce n’est pas tous les frappeurs qui aiment connaître le lancer qui s’en vient car ils ne sont pas à l’aise ou ils ne font pas confiance à 100 % au processus.

Voici pourquoi c’est simple de voler les signaux du receveur. C’est même enfantin.

À la base, c’est un doigt pour la balle rapide et deux doigts pour une courbe. Malgré les séquences de signaux lorsqu’il y a un coureur au deuxième but, la majorité des receveurs du baseball majeur utilisent encore le même indicateur qu’il y a 50 ans pour guider le lanceur.

« First sign after two », soit le premier signe après que le receveur montre le chiffre deux. Si ce n’est pas ça, c’est le « A-B-E system ». Quand le lanceur est en avance dans le compte, c’est le premier signe, quand il tire de l’arrière, c’est le deuxième et quand le compte est égal, c’est le troisième signe qui est utilisé.

Solution technologique ?

J’espère vraiment que la pénalité imposée aux Red Sox soit tellement sévère qu’elle décourage toute forme de « tricherie » du genre.

Ma solution pour régler le problème définitivement ? Une « Apple Watch » pour le lanceur et une autre pour le receveur. Le lanceur communique de cette façon avec son receveur le tir et l’endroit avant de lancer. Comme ça, impossible de voler les signaux.

Et si un lanceur est dans le doute ? « Siri, est-ce que c’est une bonne idée de lancer une courbe ici ? »