/24m/city
Navigation

«Le général Amherst va prendre le bord», clame Denis Coderre

GEN
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La rue Amherst, au centre-ville de Montréal, changera incessamment de dénomination, a confirmé mercredi le maire Denis Coderre.

«Le général Amherst va prendre le bord», a dit M. Coderre alors qu’il se trouvait au palais des congrès de Montréal, où l’on souligne le 10e anniversaire de la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones à l’occasion de l’assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador.

Le général Amherst, qui a participé à la capitulation des Français en 1760 en Nouvelle-France, aurait aussi voulu faire distribuer des couvertures contaminées à la petite vérole aux autochtones afin de les exterminer.

La rue Amherst, qui va des rues Notre-Dame Est à Sherbrooke Est, est l’objet depuis plusieurs années de pression pour qu’on change sa dénomination.

«Le prochain chantier que je vais m’occuper personnellement, c’est le général Amherst [...] a dit M. Coderre. Si on veut se donner une histoire, si on veut s’assurer de respecter, et parler de réconciliation [...] je ne pense pas qu’on veuille célébrer quelqu’un qui voulait exterminer les autochtones.»

Pour la stratégie de réconciliation, la Ville de Montréal a refait ses armoiries et son drapeau en y intégrant le pin blanc, l’arbre de la paix pour les autochtones. Le pin blanc s’ajoute ainsi au lys, à la rose, au chardon et au trèfle représentant respectivement les autres peuples fondateurs de la métropole que sont les Français, les Anglais, les Écossais et les Irlandais.