/lifestyle/sexromance
Navigation

Le tempo sexuel

Romantic night together
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Vos fréquences de relations sexuelles sont préoccupantes pour vous, car elles sont à la baisse ? Votre désir n’est pas constant ? Vous ne semblez pas toujours être sur la même longueur d’onde érotique que votre partenaire ? Il y a peut-être une explication toute simple ! Et si vos biorythmes sexuels ne vibraient pas aux mêmes moments... Explorons cette avenue ensemble, vous trouverez sans doute des pistes de solutions.

Que sont les biorythmes sexuels ?

Les biorythmes font office de mécanisme régulateur interne, une sorte d’horloge interne. La biorythmie, cette science qui étudie les rythmes et les cycles internes du corps humain a été découverte par le docteur Hermann Swoboda et mise en évidence par Georges Thommen dans les années 1960. Selon ce dernier, tout ce qui vit, obéit à des cycles dont il est possible de calculer l’évolution.

L’horloge biologique ce n’est pas simplement ce tic-tac que l’on entend en avançant en âge ou lorsqu’on désire un enfant après 35 ans ! Elle est également celle qui représente l’ensemble de tous les mécanismes biochimiques et physiologiques. L’horloge se synchronise grâce aux stimuli extérieurs (alternance jour-nuit = lumière). Elle sert finalement à gouverner le sommeil, l’activité physique et intellectuelle, le mode alimentaire, sexuel... Donc, si cette horloge régit également la libido... tentons alors d’en comprendre les aléas !

Alexandra et Pierre racontent : « Quand on s’est rencontrés, Pierre travaillait de nuit et moi de jour. Je vous jure que puisque nos horaires étaient différents nous éprouvions un mal de chien à nous retrouver sexuellement. Il y avait certaines petites plages, des instants volés comme on dit. J’étais naturellement une fille du matin. Lui rentrait de son travail alors que je sautais hors du lit ! Parfois je restais plus longuement et il venait se coucher, nous faisions l’amour. Heureusement, son horaire a bougé et nous avons pu adopter un rythme plus normal. Mais je crois qu’il reste et restera toujours un gars de soir et moi du matin... On doit travailler fort quotidiennement pour ne pas se laisser engloutir par nos horloges internes ! »

Lois naturelles

Partant du principe que la libido – ou le désir sexuel – est régie en partie par l’horloge biologique, que celle-ci est différente d’une personne à l’autre et qu’elle varie également d’une période à l’autre, nous pourrions alors affirmer qu’il est fort probable que la vie sexuelle soit soumise à des lois naturelles. Le tempo imposé serait alors peut-être l’effet des biorythmes physiques, émotifs et intellectuels. Car il n’y a pas que le physique qui compte – même pour notre horloge !


Bref, sachant maintenant que l’horloge biologique joue un rôle primordial dans le désir sexuel, serez-vous tentés de la laisser raisonner en vous ?

Les bons et les moins bons moments en matière de sexe selon les chercheurs

Dans l’année...

Pour les femmes ce serait au printemps, car elles connaissent leur pic en hormones sexuelles (œstrogènes) à cette période et lors de l’ovulation.

Pour les hommes, la période où la production de testostérone est la plus élevée est au milieu de l’automne.

« “À en croire le fort taux de naissance du mois d’avril et de mai (un des plus importants selon les études), notre sexualité connaîtrait un pic saisonnier situé en été”, répond Gonzague Masquelier. » (Catherine Maillard a publié sur Doctissimo, mis à jour le 22 mars 2016)

Dans la journée...

Après 22 h! Il paraîtrait, selon un sondage réalisé par l’Andrology Institute de Los Angeles, que l’heure internationale pour les câlins serait très exactement 22 h 34... Alors, au diable les bulletins de fin de soirée, vous avez des préliminaires à commencer !

Les hommes connaissent trois pics par jour : un à huit heures le matin, un autre au milieu de l’après-midi et le dernier (de la journée), un peu avant minuit.

Si l’envie vous prend d’organiser un 5 à 7 pour attirer votre partenaire, eh bien, faites-le ! Car il semblerait qu’à cette période de la journée, il serait possible de bien accorder vos violons... D’autant plus qu’à ce moment, il y aurait une grande sécrétion de sérotonine (hormone du bonheur).

Il semblerait que la moins bonne période pour tenter des rapprochements intimes est entre 13 h et 14 h 30. Notre organisme subit alors un creux circadien et rendrait le corps plus réceptif à une petite sieste plutôt qu’à une rencontre avec Éros...

Le meilleur moyen d’éveiller les passions

« D’après Willy Pasini, “C’est la vue qui est en jeu, facteur essentiel de l’excitation surtout chez les hommes, elle stimulerait la production de testostérone”. Pour chahuter ses biorythmes, tout ce qui ressemble de près ou de loin à des petites robes légères, ou décolletés pigeonnants, produisent à coup sûr les bons stimuli. Le soleil également joue son rôle en favorisant la sécrétion de mélatonine, véritable booster de désir. » (Catherine Maillard a publié sur Doctissimo,mis à jour le 22 mars 2016)