/news/currentevents
Navigation

Enlèvement et meurtre de sa mère: quelles séquelles psychologiques pour le petit?

Coup d'oeil sur cet article

Après le meurtre de sa mère et l'arrestation de son père pour enlèvement, quelles séquelles gardera le garçon des événements traumatisants survenus dans les derniers jours?

Tout dépend du suivi réalisé par les psychologues, estime la Dre Christine Grou, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec.

En entrevue à LCN samedi, la spécialiste a souligné qu’elle ne peut juger de la condition psychologique actuelle de l’enfant, comme elle ne l’a pas rencontré.

Mais selon elle, dans un cas comme celui-ci, il faut se questionner sur le contexte dans lequel l’enfant vivait avant l’événement et sur le trauma de l’événement en lui-même.

«Évidemment, les événements sont assez traumatisants, a mentionné la Dre Grou. Un enfant qui apprend qu’il a perdu sa mère et qu’il risque, dans les heures qui suivent, de perdre son père d’une certaine façon, si telle chose arrivait, il va avoir besoin d’aide pour donner un sens à tout ça, pour mettre des mots et vivre ces sentiments-là, qui sont assez déchirants.»

Le psychologue qui va s’occuper de l’enfant pourra évaluer ce qu’il a vécu dans les six premières années de sa vie, et comment cette «base» affecte sa compréhension des événements.

«Ça va permettre de voir d’où il part, comment il s’est construit, où il en est dans sa structure psychologique. Est-ce qu’il a un niveau de détresse et quel est le niveau de soin dont il a besoin. C’est certain qu’il va falloir être vigilant et qu’il soit supporté.»

Selon la psychologue, il est possible que le jeune enfant s’en sorte finalement bien.

«Il y a des enfants très résilients, ça va dépendre beaucoup du support qu’il va avoir et du sens qu’il va être capable de donner à ces événements-là, et surtout du fait qu’il n’est pas responsable de tout ça.»

Sur le même sujet