/lifestyle/books
Navigation

Par le vent pleuré

<b><i>Par le vent  pleuré</i></b><br>
Ron Rash<br>
Éditions du Seuil, 208 pages<br>
En librairie dès  le 19 septembre
Photo courtoisie Par le vent pleuré
Ron Rash
Éditions du Seuil, 208 pages
En librairie dès le 19 septembre

Coup d'oeil sur cet article

Ron Rash faisant partie de nos écrivains chouchous, on a savouré cette histoire tragique, qui se déroule en grande partie dans les Appalaches des années 1960.

Tous les dimanches après la messe, Bill Matney et son jeune frère Eugene ont pris l’habitude d’échapper à l’autorité de leur tyrannique grand-père en allant se baigner et taquiner le poisson à Panther Creek, une petite baie isolée de Caroline du Nord où les truites arc-en-ciel abondent. À l’été 1969, c’est là qu’Eugene boira ses premières bières et aura sa première cuite. C’est aussi là qu’il rencontrera Ligeia Mosely, une jolie rousse originaire de Daytona Beach qui n’a rien à voir avec les filles du coin : en plus d’être une hippie passablement délurée, elle adore picoler ou planer en avalant toutes sortes de pilules.

Pendant que la guerre du Viet Nam bat son plein et que des milliers de jeunes sont appelés au front, Bill et Eugene passeront donc du bon temps en compagnie de Ligeia, qui acceptera de coucher aussi bien avec l’un qu’avec l’autre... à condition qu’ils aient acheté de l’alcool et piqué à leur horrible grand-père — qui est médecin — quelques échantillons de Valium ou de Méthaqualone. Mais peu à peu, leur relation finira par s’envenimer et juste après la reprise des classes, la jeune fille s’évanouira dans la nature sans plus jamais donner de nouvelles.

Quarante-six ans plus tard, Eugene comprendra enfin pourquoi lorsque, à la suite d’un éboulement, les os de Ligeia seront retrouvés à Panther Creek. Une macabre découverte qui l’obligera à modérer sa consommation de whisky, reprendre toute l’histoire depuis le début réclamant un minimum de lucidité.

Un roman d’apprentissage à la fois dur et émouvant qui se laisse dévorer comme un polar.

FRISSONS GARANTIS

<b><i>Millénium 5 – La fille qui  rendait coup pour coup</i></b><br>
David Lagercrantz. Éditions Actes Sud, 416 pages
Photo courtoisie
Millénium 5 – La fille qui rendait coup pour coup
David Lagercrantz. Éditions Actes Sud, 416 pages

Grâce à David Lagercrantz, qui poursuit la célèbre saga suédoise créée par Stieg Larsson, on pourra enfin en savoir plus sur l’enfance de la brillante hackeuse Lisbeth Salander. Car même enfermée dans une prison de haute sécurité — à cause d’une infraction commise dans Ce qui ne me tue pas, le quatrième tome de Millénium —, elle trouvera le moyen de se promener librement sur Internet. Et de ce fait, elle demandera au journaliste d’investigation Mikael Blomkvist d’effectuer des recherches plus approfondies sur l’un des jeunes dirigeants de la société de gestion Alfred Ögren. Tout comme elle, il aurait en effet peut-être fait partie du Projet 9, une obscure étude gouvernementale qui, il y a 20 ans, s’est intéressée de près aux enfants surdoués. Le hic ? Les scientifiques qui ont jadis été impliqués dans ce programme ne reculeront devant rien pour empêcher Blomkvist de faire son travail.

Oui, l’intrigue se lit toute seule. Et oui, on y a pris un certain plaisir, pour ne pas dire un plaisir certain. Mais dans l’ensemble, La fille qui rendait coup pour coup n’a pas réussi à nous emballer outre mesure, sa construction et ses nombreux retournements arrangés par le gars des vues laissant parfois à désirer...

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

La Fontaine, une école buissonnière

Erik Orsenna, Éditions Stock, 216 pages
Photo courtoisie
Erik Orsenna, Éditions Stock, 216 pages

 

Presque tout le monde a un jour appris (et récité !) l’une des fables de Jean de La Fontaine. Mais même si on connaît par cœur La Cigale et la Fourmi ou Le Corbeau et le Renard, on ne sait probablement pratiquement rien de la vie de ce célèbre poète français. Ce livre, dont le style est en soi particulièrement savoureux, en relate les grandes lignes avec une bonne dose d’humour.


La dernière tombe

Michael Crichton, aux Éditions Pocket, 336 pages
Photo courtoisie
Michael Crichton, aux Éditions Pocket, 336 pages

 

La couverture, à la fois rétro et un peu kitsch, est réellement à l’image de l’histoire, qui a été écrite en 1968. À l’époque, Michael Crichton finançait ses études de médecine en publiant des romans d’aventures franchement rocambolesques sous le nom de John Lange. Celui-ci, qui se déroule en Égypte, nous entraînera ainsi dans la folle équipée d’Harold Barnaby, un égyptologue prêt à tout pour découvrir – et piller ! – la tombe d’un pharaon.


100 petites astuces pour mieux gérer son temps

Oliver Luke Delorie, Éditions de l’Homme, 190 pages
Photo courtoisie
Oliver Luke Delorie, Éditions de l’Homme, 190 pages

 

Depuis la reprise des classes, bien des parents se demandent sûrement comment concilier travail et famille... sans y laisser leur peau ! La bonne nouvelle ? Ce guide, qui se lit dans le temps de le dire, propose 100 trucs à la fois simples et efficaces pour accomplir rapidement quantité de tâches ou régler toutes sortes de problèmes en un tournemain. Un outil qui se révélera très vite indispensable.


Les paradis de la bière blanche

David Lévesque Gendron et Martin Thibault, Éditions Druide, 184 pages
Photo courtoisie
David Lévesque Gendron et Martin Thibault, Éditions Druide, 184 pages

 

Après avoir signé Les saveurs gastronomiques de la bière, un livre de référence qui a déjà gagné quantité de prix, le tandem David Lévesque Gendron/Martin Thibault continue à brasser de très bonnes idées puisqu’il se propose maintenant de nous faire découvrir les bières blanches. Des Witbier aux Weissbier, en passant par les Wheat Ales ou les grands crus québécois, il nous ouvre les portes d’un univers rempli de nouvelles saveurs.