/lifestyle/books
Navigation

Un album aussi beau qu’émouvant

India Desjardins
Photo courtoisie, Stéphanie Picard India Desjardins

Coup d'oeil sur cet article

Deux femmes talentueuses, la romancière India Desjardins et l’illustratrice Marianne Ferrer, ont uni leur créativité et leur travail de grande qualité pour produire un album aussi beau qu’émouvant aux Éditions La Pastèque, Une histoire de cancer qui finit bien.

Très touchante, l’histoire raconte à la fois le combat d’une fille de 15 ans pour lutter contre un cancer que sa chance absolue de trouver un amoureux pour l’appuyer de manière inconditionnelle dans cette épreuve. Non seulement l’histoire finit bien, mais elle est aussi teintée d’une grande tendresse.

Marianne Ferrer sait magnifiquement rendre l’ambiance, les émotions, et utilise les symboles et les métaphores dans ses dessins pour rendre des émotions.

India Desjardins, en entrevue, explique que l’histoire est née il y a quelques années d’une rencontre avec une jeune Beauceronne atteinte de leucémie qui avait 11 ans à l’époque, Emma Veilleux.

« Tellement touchant »

« On a jasé un peu et elle m’a demandé d’écrire une histoire de cancer qui finit bien, avec de l’amour à la fin. Elle m’a dit qu’une histoire de cancer qui finit bien, ça donnerait de l’espoir. J’ai trouvé ça tellement touchant comme demande et pour l’espoir, ça m’a vraiment parlé. Elle voulait lire une histoire d’adolescente avec sa réalité, avec un personnage qui a un cancer, mais qui vit une histoire d’amour. Je me disais que je ne pouvais pas attendre : des fois, le temps est compté. »

India a donc rédigé la nouvelle et l’a publiée en 2011 sur Zone d’écriture, un site hébergé par Radio-Canada à l’époque, pour qu’Emma puisse lire son histoire tout de suite. Le site a fermé et la mère d’India lui parlait sans arrêt de cette histoire, y voyant un livre.

Quelques années plus tard, elle a vu les illustrations de Marianne Ferrer à La Pastèque et a proposé son projet à son éditeur. L’album sort enfin cet automne. « Emma est maintenant guérie et j’ai gardé contact avec elle. Ça me touche beaucoup. »

India Desjardins et Marianne Ferrer<br>
<i>Une histoire de cancer qui finit bien</i><br>
Éditions La Pastèque 88 pages
Photo courtoisie, La pastèque
India Desjardins et Marianne Ferrer
Une histoire de cancer qui finit bien
Éditions La Pastèque 88 pages

Une démarche positive

India Desjardins, comme auteure, a choisi délibérément d’écrire désormais des histoires qui finissent bien. « Elle m’a permis de comprendre que parfois, les histoires qui finissent bien ont vraiment une fonction, et c’est important. »

L’espoir est au cœur de toute sa démarche créative. « Sa demande m’a inspirée pour tout. La mort d’une princesse n’était pas supposée de finir sur un happy end. Mais quand Emma m’a fait sa demande, c’est devenu pour moi une mission de vie : je veux faire des histoires qui finissent bien. Je pense que cette rencontre avec Emma était importante dans ma vie, pour moi, pour mes valeurs dans la création. »

Des épreuves

India rappelle qu’elle n’a pas eu le cancer, mais a vécu d’autres épreuves. « J’ai eu une tumeur et j’ai eu une embolie pulmonaire. Depuis que je suis petite, j’ai eu toutes sortes de maladies qui ne m’ont pas fait mourir... mais des fois qui m’ont fait passer proche. Pour toutes les émotions d’hôpital, de rencontres, j’ai puisé dans mon expérience personnelle. »

Elle précise que ce n’est pas l’histoire d’Emma qu’elle raconte, mais une histoire pour Emma. « À travers mon travail d’auteure, j’ai souvent visité des enfants malades dans les hôpitaux et chaque rencontre m’a marquée au fer rouge. [...] Ces enfants ont besoin de sourire, de se changer les idées, de se faire parler normalement. Toutes ces rencontres m’ont inspirée pour mon livre. »


» En librairie le 18 septembre

» India Desjardins a écrit la série à succès Aurélie Laflamme.

» On lui doit aussi le roman pour adultes La mort d’une princesse.

» Son album Le Noël de Marguerite a reçu le prestigieux prix Ragazzi.