/weekend
Navigation

Éric Salvail: «La journée où on n’aura plus d’idées, on va arrêter»

Éric Salvail
Photo Julien Faugère

Coup d'oeil sur cet article

Éric Salvail est « à peine » débordé ces jours-ci par sa rentrée télé. Il coanimera le gala des prix Gémeaux dimanche, et, le lendemain, il enregistre deux émissions de En mode Salvail, dont une spéciale en direct d’une heure qui lancera une 5e saison qui s’annonce aussi éclatée que les précédentes. Mais malgré son horaire surchargé, pas question de rater le party d’après-gala !

« Je vais y aller absolument ! Ces moments-là sont vraiment importants. Il faut savoir qu’à tous les shows après En mode Salvail, je prends un verre avec mon équipe, c’est obligatoire. C’est peut-être arrivé quatre fois que personne ne soit resté à cause d’une tempête par exemple. Je m’en allais chez nous, et j’avais l’impression qu’il me manquait un bout », a expliqué cette semaine le volubile animateur, entre l’enregistrement d’un topo et les retrouvailles avec son plateau de l’Astral pour des tests techniques.

Éric Salvail entamera lundi la 5e saison de sa quotidienne, probablement l’émission qu’il chérit le plus dans tous ses projets. Adepte de l’entrevue déjantée, de topos hilarants avec le public et toujours en quête de concepts audacieux et originaux, l’animateur et producteur fait tout en son pouvoir pour se renouveler.

Malgré quatre saisons derrière la cravate et un bassin d’artistes québécois qui n’est pas inépuisable, il déborde encore d’idées.

« Pour nous, il n’y a rien d’impossible, dit-il. C’est rare qu’on se dise qu’on ne peut pas faire telle ou telle chose. Quand on a une bonne idée et tant qu’on n’est pas en onde, ça se peut. Cette émission est un terrain de jeu d’exception. La journée où on n’aura plus d’idées, on va arrêter », confie-t-il.

Plusieurs idées folles

Éric Salvail recevra lundi Louis-José Houde ainsi qu’un gagnant d’un prix Gémeaux qu’il invitera le soir même du gala. Il a préparé un grand spectacle de variétés en ouverture avec Véronic Dicaire et Koriass, entre autres, en plus de présenter un hilarant topo où il a invité 25 artistes à un party privé. Misant sur les contre-emplois pour faire rire le public, Guy Nadon sera le DJ.

Parmi ses autres idées folles, il a inventé une histoire sens dessus dessous pour passer à l’émission L’Arbitre, avec Anne-France Goldwater, où il s’est présenté avec une prothèse faciale et une perruque, avec la collaboration de son équipe. Marjo sera l’invitée d’un segment qui s’intitule La roue chanteuse, et l’animateur a réussi à avoir l’exclusivité sur les photos de mariage de Maripier Morin.

À l’heure où les émissions d’entrevues avec des vedettes québécoises sont fort nombreuses sur notre petit écran, le producteur des talk-shows Maripier à Z et Les Échangistes, ne croit pas qu’il y ait trop de ce type d’émissions.

« Toutes ces émissions-là sont différentes, croit-il. Si tu viens à En mode Salvail, ce n’est pas la même entrevue que si tu vas aux Échangistes, pas la même qu’à Tout le monde en parle non plus. Ce n’est pas le même ton, pas les mêmes sujets. La couleur de l’animateur fait la différence dans les talk-shows, et je pense que grâce à ça, ça peut cohabiter. »

Un gala concis

Avant sa rentrée télé lundi, il animera les Gémeaux dimanche pour la seconde fois avec Jean-Philippe Wauthier, dans la même veine que l’an dernier. « On ouvre le gala de la même façon, avec un stand-up un peu grinçant. Ce sera dans le même ton », dit-il.

Le gala sera concis, promet l’animateur. Avec 15 prix Gémeaux qui doivent être remis en deux heures, l’équipe a choisi de ne pas faire de numéros de variétés.

« C’est tellement difficile de trouver la bonne affaire, et ça ne fonctionne pas tout le temps », indique celui qui est aussi en nomination pour le meilleur animateur d’émissions d’entrevues ou de talk-shows.


La nouvelle saison de En mode Salvail débute lundi, 22 h, à V. Le 32e Gala des prix Gémeaux sera diffusé demain, 20 h, à Radio-Canada.