/opinion/columnists
Navigation

Le couteau de Philippe Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard.
Photo d'archives, Simon Clark Le premier ministre Philippe Couillard.

Coup d'oeil sur cet article

Vous ne comprenez pas comment vont se dérouler les audiences de la Commission sur le racisme et la discrimination, que Couillard a mise en œuvre pour diaboliser ses adversaires politiques ?

C’est pourtant simple.

La ministre Kathleen Weil l’a expliqué l’autre jour.

LE PUBLIC ET LE PRIVÉ

Les audiences privées seront privées de public et le public sera présent en privé.

Euh, non, c’est pas ça...

Ah oui, ça me revient ! Les audiences privées se feront en privé, mais le public sera invité à assister publiquement aux séances privées, pourvu qu’elles soient publiques.

Non, non, désolé, c’est pas ça non plus...

Les audiences publiques se dérouleront en public, mais...

Ah, merde, j’comprends rien !

C’était pourtant simple quand madame la ministre l’expliquait, avant-hier.

« Les témoignages auront lieu en privé, mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas public », a dit madame Weil.

Vous comprenez ?

Moi non plus.

Une chose est sûre : pendant des jours et des jours, des gens vont défiler pour dire à quel point le Québec est raciste.

C’est Philippe Couillard qui sera content.

Car lui, il n’est pas raciste, oh non !

La preuve : sa candidate dans Louis-Hébert est pour le port de la burqa et du niqab.

Ça, c’est de l’ouverture à l’autre, mesdames et messieurs ! Ça, c’est de la tolérance ! Ça, c’est accepter les différences !

Pas comme les maudits nationalisssssses qui veulent interdire aux maris de voiler leurs femmes de pied en cap quand il fait 29 degrés à l’ombre !

La candidate libérale, elle, trouve ça super cool qu’une femme ait refusé de montrer son visage lors de sa cérémonie de citoyenneté.

Parlez-moi d’un parti ouvert !

Tellement ouvert qu’il s’ouvre même à la fermeture !

QUI EXPLOITE LES FRACTURES ?

Quand la CAQ a dévoilé les positions pro-niqab et pro-burqa de la candidate libérale dans Louis-Hébert, Philippe Couillard est monté sur ses grands chevaux.

« S’il y a une fracture dans notre société, monsieur Legault veut y mettre un couteau et le tourner pour la rendre encore plus douloureuse », a-t-il lancé.

Euh...

Qui veut parler de racisme pendant des semaines, monsieur le premier ministre ? Qui veut tourner le fer dans la plaie ? Qui va exploiter cyniquement les fractures de la société québécoise pour se faire du capital politique ?

Qui va se frotter les mains de joie pendant que le Québec va s’autoflageller sur la place publique ? Qui a mis sur pied une commission bidon dénoncée par tous les éditorialistes et chroniqueurs politiques ?

Qui va semer le vent ?

François Legault ? Jean-François Lisée ?

Non, c’est vous, monsieur Couillard. Vous allez jeter de l’huile sur le feu et alimenter l’hystérie des militants professionnels pour gagner des votes dans certaines communautés.

Et vous osez faire la leçon aux autres ?

Vous qui présentez une candidate qui trouve parfaitement normal qu’une femme cache son visage, sa silhouette, ses cheveux, sa beauté, ses formes, juste parce que des fondamentalistes religieux obsédés par le sexe jugent que le corps féminin est un instrument du diable ?

Honte à vous, monsieur Couillard.

Si ça dérape au cours des prochaines semaines, vous serez le seul et unique responsable.