/weekend
Navigation

Les 25 ans de l’album Racine

Sass Jordan
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le 31 mars 1992 paraissait l’album Racine, de la chanteuse britannico-canadienne, Sass Jordan. Ce disque rock, porté par plusieurs pièces à succès, allait propulser la carrière de l’artiste. Vingt-cinq ans plus tard, Sass Jordan a décidé de revisiter chacune des chansons de ce disque. Le Journal s’est entretenu avec elle sur la folle période des années 1990 et sur ses projets actuels.

Pourquoi avoir voulu revisiter ce disque-là, qui a 25 ans cette année ?

« Ce n’était vraiment pas mon idée ! D’abord, c’était une immense surprise pour moi d’apprendre que l’album avait 25 ans. (rires) C’est mon nouveau gérant, Peter, qui m’a dit que Racine allait fêter son 25e anniversaire cette année et que nous devions faire quelque chose pour le célébrer. Il m’a alors donné l’idée de réenregistrer l’album au complet. Je n’étais vraiment pas certaine au début. Mais plus j’y ai pensé, plus je trouvais ça intéressant. Avant de commencer le projet, j’ai demandé à mes fans, sur les réseaux sociaux, ce qu’ils en pensaient. La réponse a été tellement positive que j’ai décidé de le faire. »

Comment avez-vous retravaillé les chansons ?

« Je ne voulais pas qu’elles soient trop exactement comme les ­versions originales. Mais en même temps, je ne voulais pas les faire trop ­différentes. C’était le principal problème. ­Finalement, j’ai essayé de faire les chansons comme si je les avais écrites dans les années 1970. Ç’a été une façon totalement différente ­d’enregistrer. Avec les musiciens, nous avons répété tous ensemble dans un studio à l’extérieur de ­Calgary. »

Trouvez-vous que l’album original a bien vieilli ?

« Je ne suis pas du genre à réécouter mes albums, mais pour le bien de ce projet, il a fallu que je le fasse. Et je n’en revenais pas à quel point il était bon. Wow ! C’était la première fois que je comprenais pourquoi l’album avait si bien réussi avec les fans. Bien sûr, quand je l’ai fait à l’époque, je ­pensais que c’était le meilleur album au monde. Mais même à ce moment-là, il y a quelques chansons que j’aurais voulu améliorer, car j’avais trouvé de meilleurs arrangements par la suite en concert. »

La dernière chanson de l’album, Time Flies (le temps passe), a-t-elle une signification différente ­aujourd’hui ?

« Le titre a une signification encore plus importante, en fait. Je ne peux pas croire que je suis si vieille aujourd’hui. Mais si je ne voulais pas vivre aussi vieille, la seule autre option était la mort. (rires) »

Quand vous pensez au début des années 1990, êtes-vous parfois nostalgique de cette période ?

« Non, non, oh mon Dieu ! Je n’ai aucun désir à vouloir retourner dans cette période, surtout pas pour retrouver la fille que j’étais à ce moment-là. Jamais ! [...] C’était une période très difficile pour moi. Je n’ai pas beaucoup aimé ça. Dans ce temps-là, je ne savais pas comment dire non. Je disais oui à tout et je me suis complètement vidée. Il faut être capable de se protéger soi-même, car tout le monde autour de toi veut quelque chose de toi. Je ne sais pas comment des jeunes comme Justin Bieber font pour survivre ­aujourd’hui. »

Votre participation à l’émission Canadian Idol s’est terminée en 2008. Qu’avez-vous fait ces ­dernières années ?

« J’ai fait un projet musical avec des amis, appelé Something Unto Nothing, ou S.U.N. C’est vraiment bon, mais nous avons été idiots, car nous n’avons pas regardé comment bien promouvoir l’album. Alors, il est un peu caché, en ce moment. Mais nous avons des vidéos sur YouTube [...]. Je suis en train de voir comment venir donner des concerts au ­Québec en janvier. Les gens n’ont qu’à ­surveiller mon site web pour les dates. »

► L’album Racine Revisited, de Sass Jordan, est présentement sur le marché. Pour plus de détails : sassjordan.com

Sass Jordan en 7 points

1. Elle voit le jour le 23 décembre 1962 à ­Birmingham, au Royaume-Uni. Elle est âgée de 54 ans.

2. Alors qu’elle est ­encore enfant, elle ­déménage avec ses parents au ­Québec, à Westmount.

3. Dans le milieu de son adolescence, elle joue de la basse pour le groupe The Pinups. Quelques ­années plus tard, elle devient la choriste du populaire groupe montréalais, The Box.

4. En 1988, elle lance son premier album solo, Tell Somebody. Le disque est certifié ­platine au ­Canada. L’année suivante, Jordan reçoit le Juno pour l’artiste vocale féminine la plus ­prometteuse.

5. En 1990, elle ­déménage à Los Angeles. Deux ans plus tard, l’album Racine paraît. Le disque ­comprend quatre pièces qui se retrouvent au top 20 du palmarès ­canadien : Make You a Believer, I Want to Believe, You Don’t Have to Remind Me et Goin’ Back Again.

6. Le magazine Billboard la nomme l’artiste ­féminine rock de l’année, en 1992.

7. En plus de la ­musique, Sass Jordan campe quelques rôles au théâtre et à la ­télévision, au ­début des années 2000. En 2003, elle ­devient l’une des juges de ­l’émission Canadian Idol.