/news/currentevents
Navigation

L'arme du policier ne pointait pas le visage de Naomie Tremblay-Trudeau, selon une reconstitution 3D

Naomie Tremblay-Trudeau
Photo d'archives Stevens Leblanc Naomie Tremblay-Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Une reconstitution 3D présentée par un expert de la défense montre que l’arme du policier Charles-Scott Simard ne pointait pas le visage de Naomie Tremblay-Trudeau lors qu’il a fait feu lors d’une manifestation en mars 2015.

L’audition devant le comité de déontologie du policier de la ville de Québec qui fait face à deux accusations de ne pas avoir utilisé son arme avec prudence et discernement s’est poursuivie lundi avec la preuve de l’intimé. Un expert est alors venu présenter une reconstitution en trois dimensions de la scène qui s’était jouée devant l’Assemblée nationale le 26 mars 2015.

Partie d’une photographie de la scène où l’on voit Charles-Scott Simard tirer en direction de Naomie Tremblay-Trudeau, l’expert en dynamique Jean Grandbois a tenté de démontrer que la manifestante était dans le «cône de projection» de l’arme du policier.

Selon l’expert, lors d’une décharge d’irritant chimique, les débours – qui retienne la poudre à l’intérieur de la cartouche – quittent l’arme de façon «aléatoire» dans un angle de 24 degrés à partir de l’embouchure du canon. Or, selon la reconstitution 3D, Naomie Tremblay-Trudeau était à une extrémité du cône de projection.

«Ça ne m’indique pas du tout qu’il a tiré dans le visage de Mme Tremblay», a indiqué l’expert Grandbois. «Elle est à moitié dans le cône de projection», a-t-il ajouté.

En contre-interrogatoire, la procureure du Commissaire à la déontologie a toutefois demandé à l’expert pourquoi c’était Mme Tremblay-Trudeau qui avait eu le nuage de poudre au visage et non le manifestant vers qui l’arme était pointée selon sa reconstitution. Jean Grandbois a indiqué qu’il a pu y avoir des impondérables, dont «le vent» qui a fait déplacer le nuage de poudre irritante.

Ce matin, l’intimé Charles-Scott Simard sera entendu par le président du comité de déontologie. Il donnera ainsi publiquement sa version des faits pour la première fois.