/news/currentevents
Navigation

Un message d'un administrateur de La Meute fait réagir

Un administrateur de La Meute dans l’embarras

Coup d'oeil sur cet article

L’un des administrateurs du groupe La Meute a lancé un appel pour trouver l’adresse de députés sur Facebook, soutenant qu’il venait d’obtenir son permis de chasse aux dindons sauvages. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a confirmé au Journal qu’une escouade va enquêter.

Capture d'écran Facebook

« Aujourd’hui je suis heureux, je viens de terminer mon cours pour obtenir mon permis pour la chasse aux dindons sauvages. PS... Vous pouvez me fournir l’adresse de quelques députés », a indiqué sur sa page Facebook Jacques Gagné, l’un des nouveaux administrateurs de La Meute.

Depuis lundi matin, la publication qui a été mise en ligne le 10 septembre dernier fait énormément réagir. Plusieurs personnes ont qualifié l’affirmation de M. Gagné de « menace envers les politiciens ». Le Journal a aussi appris qu’une plainte sera portée par un groupe de citoyens contre l’auteur de la publication.

À la suite des critiques, l’auteur a modifié sa publication et changé la fin, réclamant de l’aide pour trouver un « poulailler ».

Capture d'écran Facebook

 

« Manque de jugement »

Joint par Le Journal, Jacques Gagné a parlé d’une « moquerie ironique » et « stupide ».

« C’était de la satire, je n’ai pas vraiment mesuré les conséquences de cet écrit. C’était une plaisanterie stupide de ma part sans mauvaise intention. Il est évident qu’à l’avenir je vais faire attention », a-t-il plaidé.

« Inadmissible »

Le directeur du Centre de prévention de la radicalisation (CPRMV), Herman Deparice-Okomba, croit que ces « menaces » sont « inappropriées ».

« C’est de la violence, il faut condamner ce type de message », a-t-il mentionné.

Il souligne également qu’à l’intérieur des groupes populistes comme La Meute, plusieurs sympathisants sont susceptibles d’y voir un message d’appel à la violence, surtout lorsqu’il provient d’un administrateur.

« Le problème avec ce type de message, c’est que ces groupes, comme La Meute, ils ont beaucoup de sympathisants et des gens qui peuvent avoir la gâchette facile », a indiqué M. Deparice-Okomba, ajoutant qu’il ne faut pas banaliser ces messages. « On ne peut pas y voir une moquerie lorsqu’on appelle à l’assassinat et la violence. Il faut absolument le rapporter à la police. »

De son côté, le SPVQ a assuré que des vérifications sont faites dans ce dossier. « Une enquête a été ouverte », a confirmé David Poitras, porte-parole, au Journal.