/news/health
Navigation

La clef de la forteresse du VIH découverte à Montréal

Cette avancée constitue un pas de plus vers l’élimination du virus

Petronela Ancuta
Photo Courtoisie, Production Multimedia CHUM Les chercheuses montréalaises Petronela Ancuta et Delphine Planas travaillent sur une possible éradication totale du VIH.

Coup d'oeil sur cet article

Des scientifiques montréalais ont découvert comment contrôler le VIH/SIDA dans l’intestin, ouvrant la voie à des traitements capables d’éliminer la maladie.

« Il s’agit d’une piste prometteuse pour éradiquer le VIH, ou du moins pour sa guérison fonctionnelle », se réjouit Petronela Ancuta, chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) et professeure à l’Université de Montréal.

Actuellement, le VIH est considéré comme une maladie chronique qui nécessite des traitements à vie, car il résiste au traitement en se cachant dans certaines cellules du système immunitaire, les cellules T CD4.

Réservoirs

Dans ces forteresses, le virus constitue des réservoirs viraux, de véritables armées capables de passer à l’attaque à la moindre faille du traitement. L’équipe de la Dre Ancuta a réussi à décoder la vie du virus dans sa cachette.

« Notre étude démontre que les cellules T CD4 migrant du sang vers l’intestin vont être modifiées. En chemin, elles vont acquérir des outils qui aident le virus à les infecter », explique Delphine Planas, doctorante au CRCHUM.

Médicaments existants

Ces outils sont des molécules appelées mTOR, qui régulent la croissance cellulaire. Très actives dans l’intestin, elles servent de carburant au VIH. Les mêmes molécules jouent un rôle dans la progression du diabète et de certains cancers.

La bonne nouvelle, c’est que des médicaments existent déjà pour contrôler les molécules mTOR. L’équipe montréalaise a donc déjà commencé à les tester pour empêcher le VIH de constituer des réservoirs viraux.

Encore très préliminaires, les résultats de cette expérience sont positifs, souffle la Dre Ancuta, sans vouloir tirer des conclusions hâtives.

« À long terme, nous espérons que ce type de traitement pourrait réduire davantage la quantité de virus qui persistent dans les réservoirs dans l’intestin. C’est donc une stratégie importante vers une guérison du VIH, une stratégie qui mérite d’être testée », indique la Dre Ancuta.

Le VIH en chiffres

  • 75 000 Canadiens vivaient avec le VIH à la fin de 2014
  • 9,7 % de plus qu’en 2011
  • 16 020 Canadiens vivant avec le VIH n’avaient pas été diagnostiqués en 2014
  • 36,7 millions de personnes dans le monde vivaient avec le VIH en 2016
  • 1 million de personnes sont mortes de maladies liées au sida en 2016
  • 19,5 millions de personnes vivant avec le VIH accédaient à un traitement antirétroviral en 2016

Sources : CATIE et UNAIDS