/news/consumer
Navigation

Les Québécois ne veulent pas se faire imposer un pourboire, selon un sondage

Ils appuient son partage entre les employés du resto

Bloc pourboire restaurant
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Plus des deux tiers des Québécois veulent avoir le choix de donner le pourboire qu’ils souhaitent au restaurant, selon un sondage publié jeudi.

La culture du pourboire à 15 % avant taxes est encore bien installée au Québec. Près de 70 % des Québécois laissent ce pourcentage sur la facture, mais 12 % des clients, dont une grande partie est anglophone, donnent habituellement 20 % du montant de la facture avant taxes.

Le Journal rapportait jeudi que deux restaurateurs montréalais ont cependant décidé d’augmenter le prix de leurs repas et d’interdire les pourboires pour garantir un salaire de 15 $ à 25 $ de l’heure à tous leurs employés.

Mais le consommateur n’aime pas se faire imposer des frais de service comme c’est le cas en France ou dans plusieurs autres pays du monde.

« On voit qu’il y a une volonté pour le client de garder un certain contrôle du pourboire pour juger de la qualité du service », explique Martin Vézina de l’Association des restaurateurs du Québec, qui a commandé le sondage.

Plus de la moitié des clients sont cependant prêts à ce qu’il y ait un meilleur partage du pourboire et 77 % croient qu’un tel mécanisme devrait être installé entre tous les travailleurs. En ce moment, le restaurateur n’a pas le droit de mettre en place un tel système sans l’accord de tous les employés.

Oui au partage

Au boulot de David Chrétien, serveur depuis 16 ans, 10 % du pourboire est remis aux cuisiniers, ce qui a changé l’ambiance de travail, selon lui.

« La qualité du travail des cuisiniers est meilleure, ils sont plus impliqués, ça ne fait pas une grande différence pour moi, mais pour eux, oui », mentionne-t-il.

<b>Jérôme Ferrer</b></br>
<i>chef et restaurateur</i>
Photo Pierre-Paul Poulin
Jérôme Ferrer
chef et restaurateur

Le chef et propriétaire du restaurant Europea, Jérôme Ferrer, aimerait bien que la loi change pour pouvoir l’instaurer dans son établissement.

« Un resto, ça passe du plongeur, à la cuisine au service. Pour bien des gens, le service, ce n’est pas une carrière, mais un tremplin, et on paie ça au détriment de ceux qui consacrent leur temps pour se bâtir une carrière comme cuisinier. La répartition est plus que nécessaire parce qu’il y en a qui sont amoureux du métier, mais se découragent », souligne-t-il.