/news/consumer
Navigation

On ne prend plus de pourboires

Des restos augmentent leurs prix et partagent l’argent avec tous leurs employés, pas juste les serveuses

Sophie Duchapel
Photo Chantal Poirier Sophie Duchastel derrière le comptoir de son restaurant Bistro Rosie sur la rue Bélanger dans Rosemont à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Deux restaurants de Montréal ont augmenté le prix de leurs repas, mais interdisent les pourboires afin de garantir un salaire de 15 $ à 25 $ de l’heure à tous leurs employés.

Le propriétaire du restaurant Zero8, situé dans Rosemont, a pris cette décision en constatant l’iniquité entre les revenus de ses employés en cuisine et en salle à manger.

« Avec les pourboires, les serveuses pouvaient faire jusqu’à 30 $ de l’heure alors que des cuisiniers étaient à 12 $ », mentionne Dominique Dion.

En augmentant le prix de ses plats jusqu’à 13 %, ce qui y inclut les frais de service, il peut maintenant offrir un minimum de 15 $ de l’heure à tout le monde.

Au Bistro Rosie, moins d’un kilomètre plus loin, une politique « zéro pourboire » est indiquée sur l’ardoise où est inscrit le menu. Autant les serveurs que les cuisiniers reçoivent un taux fixe entre 20 et 25 $ de l’heure, selon l’expérience.

Un exemple de facture où il est inscrit que l’établissement n’accepte pas de pourboire.
Photo Chantal Poirier
Un exemple de facture où il est inscrit que l’établissement n’accepte pas de pourboire.

Économie pour le client

« Ça fait des années qu’on y pense, c’est notre troisième resto. On a pris la décision afin que tous nos employés soient bien payés. On pense que ce n’est pas au client de décider la valeur de l’employé, mais à l’employeur. Ce sont des gens qui travaillent extrêmement fort et qui n’ont pas vraiment d’avantages », explique Sophie Duchastel, la propriétaire de l’établissement qui est ouvert depuis trois semaines seulement.

Le prix des plats est donc un peu plus cher qu’ailleurs, mais se compare à d’autres établissements, selon elle. Le menu 2 services est à 40 $ et celui à 4 services est à 60 $.

M. Dion, du resto Zero8, a aussi mis en place ce système il y a trois semaines. Il estime que le client pourra également économiser puisque ce dernier donne parfois plus de pourboire qu’il ne le pense.

Gagnant pour tous

Les machines de paiement électronique qui affichent 15 %, 18 %, 20 % calculent le montant du pourboire après taxes plutôt qu’avant taxe comme ils le devraient. Le client se retrouve donc à donner jusqu’à 23 % de pourboire.

« Ce n’est pas aux entreprises de paiements électroniques de dicter la culture du pourboire. Le client paie plus, l’écart se creuse entre la cuisine et le service et ces entreprises obtiennent plus d’argent en frais de transaction », s’insurge M. Dion.

À son resto, le client est informé en lisant le menu que les frais de service sont inclus. Mais il peut toujours se plaindre s’il considère que le service n’était pas adéquat et un montant peut être retiré de sa facture. Ce genre situation n’est cependant pas encore arrivé.

« C’est gagnant pour tout le monde parce que de cette façon le gérant est informé et on peut donc s’ajuster tandis que lorsqu’un serveur ne reçoit pas de pourboire, il ne va pas s’en vanter à son patron », soutient M. Dion.

Le restaurant n’accepte pas de pourboire supplémentaire. Si un client laisse tout de même un montant sur la table, celui-ci sera donné à une organisation qui aide les gens allergiques.

« Si le client est vraiment satisfait, on l’invite à laisser un commentaire sur notre site », insiste-t-il.

Sans cuisiniers, il a dû fermer son resto deux week-ends

Dominique Dion, propriétaire du resto Zero8 à Montréal.
Photo Chantal Poirier
Dominique Dion, propriétaire du resto Zero8 à Montréal.

Mieux payer ses cuisiniers peut éviter de se retrouver en manque de personnel et obliger un restaurant de fermer .

C’est ce qui est arrivé à Dominique Dion cet été. Et il ne veut plus que ça se reproduise. Il a été forcé de fermer son établissement durant deux fins de semaine en juin par manque de cuisiniers alors que le resto n’est ouvert que quatre jours par semaine.

« La question salariale était un enjeu », précise le propriétaire du resto Zero8 à Montréal.

Le salaire horaire moyen est de 24 $ ou 25 $ chez les serveurs tandis que celui du cuisinier se situe autour de 15 $ ou 16 $, selon l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ).

« En enlevant les pourboires et en augmentant les salaires, l’objectif est certainement de pouvoir garder nos employés. Sans employé mon resto ne marche pas, ils ont une grande valeur », souligne Sophie Duchastel, propriétaire du Bistro Rosie.

En 2020, il devrait manquer quelque 8700 travailleurs dans la restauration au Québec, ce qui inclut notamment les restaurants rapides, ceux à service complet ou encore les bars, selon le Conference Board.

Ce chiffre devrait grimper à 18 900 en 2035.

Partage de pourboires

Plusieurs cas ont récemment été rapportés dans les médias où des établissements sont forcés de fermer une journée par semaine ou de réduire leurs heures d’ouverture en raison d’une pénurie de travailleurs.

L’ARQ réclame depuis plusieurs années que le restaurateur puisse instaurer un système de partage des pourboires pour tenter de pallier une partie du problème, ce qui lui est présentement interdit. Seuls les employés peuvent décider de le mettre en place.

Elle espère que le gouvernement répondra à sa demande lors de la révision des normes du travail cet automne.