/lifestyle/family
Navigation

Du nouveau sur l’âge de sevrage des chatons

Beautiful little cat on a grey sofa
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, tout le monde s’entendait pour dire que l’âge de séparation des chatons avec leur mère était de 8 semaines. Ainsi donc, on pouvait adopter un chaton dès l’âge de 2 mois ! Du nouveau ? Eh bien oui ! Il semble maintenant que l’âge de séparation aurait avantage à être retardé vers 14 semaines, soit à 3 ½ mois d’âge.

C’est du moins le constat d’une vaste étude réalisée au département de biosciences vétérinaire de l’université d’Helsinki et publiée dans le populaire magazine Nature (nature.com). Les chercheurs ont étudié pas moins de 5726 chats domestiques, provenant de 40 races différentes et vivant dans un milieu familial à l’aide d’un questionnaire envoyé aux propriétaires.

Agressivité

Les résultats semblent démontrer que les chatons séparés avant l’âge de huit semaines auraient tendance à exprimer, à l’âge adulte, plus de comportements agressifs envers les membres de la famille que ceux séparés plus tard de leur mère. Par contre, ceux-ci ne seraient pas nécessairement plus peureux. L’âge de séparation avec la mère et la fratrie n’influencerait pas la tendance à s’approcher d’un étranger, mais un chaton séparé de façon précoce aurait un risque plus élevé de l’agresser.

Comportements stéréotypés

Selon l’étude, les chatons séparés plus tard, soit après la 14e semaine, présenteraient moins de risque de développer des comportements stéréotypés tels que le fait de se lécher excessivement et de téter ou de sucer de la laine de façon répétée. Ces chats sevrés tardivement auraient aussi tendance à avoir moins peur des nouveaux objets dans leur environnement et développeraient moins des problèmes de comportements.

Chats et propriétaires plus heureux

Les problèmes de comportement des chats sont fréquents et sont souvent la source d’abandon ou d’euthanasie. Comment augmenter le bien-être des chats en général et diminuer les problèmes de comportement rapportés ? Peut-être que le sevrage plus tardif des chatons serait effectivement une solution facile et toute simple ! Après tout, en observant les comportements des chatons « sauvages », on se rend compte que ceux-ci ont tendance à rester avec leur mère et leur fratrie jusqu’à l’âge de 4 mois, bien qu’ils soient sevrés du lait maternel plus tôt. Déjà, plusieurs comportementalistes et éleveurs pensent que le sevrage tardif devrait faire partie des nouvelles mœurs avec les chatons, dans la mesure du possible, bien sûr.

Adopter en refuge ?

Donc, il vaudrait peut-être mieux d’adopter un chaton plus tardivement (vers l’âge de 3 ½ mois) qu’on le faisait traditionnellement. Sachant cela, devons-nous paniquer et ne pas adopter un chat de refuge lorsqu’on ne connaît pas vraiment son historique et qu’on ne sait pas s’il a été sevré suffisamment tardivement ? Absolument pas ! Daniel Filion, Éduchateur bien connu des médias (www.éduchateur.com), est d’avis que non : « Vous ne devriez pas avoir peur. Dans cette étude, on parle de “risques” accrus et non de certitude absolue. » De plus, Daniel Filion nous fait remarquer que les chats de refuges vont souvent grandir avec des chats adultes, en colonie. Ceci va donc pallier, en partie, l’éducation de la mère. Ces chats vont aussi apprendre à se réguler eux-mêmes, au niveau de l’agressivité, afin d’obtenir de la nourriture ou d’autres ressources.

Mon coup de cœur vétérinaire

Beautiful little cat on a grey sofa
Photo courtoisie

Minou

Minou est une femelle de 3 ans. Elle est un peu réservée et timide. Elle aura besoin de temps et de douceur pour prendre confiance en l’humain. Une famille douce et calme pourra lui redonner cette confiance. Elle adore recevoir des gratouilles sous le menton ! Nous lui conseillons une famille sans chien et avec des enfants plus âgés. Elle est en santé et est vaccinée, vermifugée, micropucée et stérilisée. Venez la visiter du lundi au mercredi de 12 h à 16 h, du jeudi au vendredi de 12 h à 19 h et du samedi au dimanche de 11 h à 16 h. Pour nous joindre, vous pouvez appeler au 450 655-2525 ou venir nous voir au 1470, rue de Coulomb à Boucherville.