/weekend
Navigation

Marie Chouinard: toujours aussi passionnée

ART-MARIE CHOUINARD DANSE
Photo courtoisie, Martin alarie Marie Chouinard verra trois de ses œuvres ouvrir la 20e saison de Danse Danse au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, à compter de mardi.

Coup d'oeil sur cet article

C’est en présentant trois œuvres d’une chorégraphe dont la renommée transcende les frontières, d’une artiste engagée et passionnée de son milieu, que la 20e saison de Danse Danse prendra son envol au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, mardi soir.

Au menu de cette ouverture entièrement consacrée à la Compagnie Marie Chouinard : Le Cri du monde et Soft virtuosity, still humid, on the edge, programme double qui sera offert deux soirs seulement. Suivra ensuite la présentation de Jérôme Bosch : Le jardin des délices, qui aura lieu de jeudi à samedi.

« Le Théâtre Maisonneuve, c’est un grand plateau. C’est une salle extraordinaire, pour la danse », a affirmé la célèbre danseuse et chorégraphe, en entrevue.

Rencontrée dans l’un de ses magnifiques studios qui fait face au mont Royal, celle qui était de la toute première saison de Danse Danse, en 1998, s’est dite heureuse de pouvoir présenter ses œuvres à Montréal, d’autant plus qu’il s’agira d’une première nord-américaine pour Soft virtuosity, still humid, on the edge, créée en 2015.

« Quand Danse Danse été créé, il y a 20 ans, Pierre Des Marais était celui qui s’occupait de la compagnie, a-t-elle relaté. Ils ont été trois ou quatre directeurs de compagnie à se mettre ensemble pour créer une saison de danse, à Montréal. C’était ça, l’objectif : qu’il y ait une saison (...) C’est génial, car ça dure depuis ce temps-là. C’est bien, parce que ça nous permet de jouer ici. »

Plusieurs premières

En plus de Soft virtuosity, still humid, on the edge, Jérôme Bosch : Le jardin des délices en sera aussi à ses premières représentations dans la métropole, ce qui réjouit la chorégraphe, qui nous a présenté ses œuvres avec enthousiasme.

« Soft virtuosity, c’est une pièce dans laquelle j’utilise des projections live. Tout est fait en direct, durant la représentation, même les gros plans sur les visages, a-t-elle expliqué. Je voulais amener les visages plus près du spectateur, puisque j’ai fait beaucoup de travail sur les mouvements musculaires, les métamorphoses subtiles ou moins subtiles du visage, pendant qu’ils dansent. Ça fait vraiment partie de la chorégraphie. »

Quant à sa création inspirée du peintre Jérôme Bosch, qui comprend trois tableaux chorégraphiques, l’artiste la décrit comme une expérience pour le public.

« Je pense que les gens vont se rendre compte que je ne présente pas seulement un esthétisme. Ça n’a rien à voir avec ça. C’est vraiment une expérience que je présente, quelque chose à vivre. »

Bien occupée

En 2016, Marie Chouinard a été nommée directrice de la danse de la Biennale de Venise. En plus de ce poste, qu’elle occupera jusqu’en 2020, elle est également responsable du Collège de danse, du Collège de chorégraphe, ainsi que du Festival de danse contemporaine de la Biennale.

Lors de notre rencontre, d’ailleurs, elle était déjà bien avancée dans l’élaboration de la programmation de la prochaine édition du festival, qui aura lieu en juin 2018.

« Je programme de la danse d’auteur. Il va y avoir huit ou neuf jours de festival, avec deux ou trois spectacles par jour. Il va y avoir des films aussi, des conférences, des entretiens, des expositions... J’adore ça ! Ce qui est formidable, c’est le fait d’inviter des gens, de leur donner l’opportunité d’aller danser à Venise. C’est merveilleux. »

En plus de son travail à la Biennale, l’artiste caresse un nouveau projet de livre inspiré de souvenirs d’enfance « autour du corps ». Rappelons qu’elle préside également le conseil d’administration des Prix de la danse de Montréal, qui seront remis en novembre.

« Je suis heureuse, parce que les Prix de la danse, c’était un rêve que j’avais depuis des années. Ça s’est beaucoup développé, en cinq ans », a-t-elle souligné.

Maintenant ce rêve concrétisé, Marie Chouinard espère pouvoir présenter un jour une saison montréalaise mise sur pied par sa compagnie, au même titre que les Grands Ballets Canadiens de Montréal, par exemple.

« Ça s’en vient. Ça va arriver d’ici quelques années », a-t-elle affirmé avec le sourire.


Tous les détails concernant les activités de la Compagnie Marie Chouinard se trouvent à l’adresse mariechouinard.com.