/news/currentevents
Navigation

Éric Deslauriers coupable: des policiers demandent à patrouiller sans arme

Le policier Éric Deslauriers a été trouvé coupable d’homicide involontaire après qu’il eut abattu un ado de 17 ans à Saint-Jérôme. Des policiers de la SQ ont déposé leurs armes afin de protester.
Photo d'archives, Martin Alarie Le policier Éric Deslauriers a été trouvé coupable d’homicide involontaire après qu’il eut abattu un ado de 17 ans à Saint-Jérôme. Des policiers de la SQ ont déposé leurs armes afin de protester.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis deux jours, au moins quatre policiers de la SQ ont demandé de pouvoir patrouiller sans arme pour protester à la suite de la condamnation pour homicide involontaire de l’agent Éric Deslauriers, qui a abattu un adolescent de 17 ans dans le cadre de ses fonctions.

Les directeurs de poste ont refusé de voir leur patrouilleur prendre la route sans arme. Quatre agents ont donc décidé de reprendre leur pistolet de service et de retourner patrouiller. Mais un d’entre eux a préféré ne pas rentrer au travail.

Face à ce refus de travailler, la SQ a ouvert un dossier de relations de travail.

«On peut confirmer que des policiers ont remis l’arme de service à leur supérieur et on leur a demandé de le reprendre», a confirmé le responsable des communications à l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec, Laurent Arel.

Toutefois, une réunion d'urgence entre la partie patronale et le syndicat a eu lieu ce matin pour déterminer un moyen plus sécuritaire de soutenir l'agent Deslauriers, sans qu’ils abandonnent leur arme. Les policiers devraient être mis au courant prochainement du moyen de pression utilisé.

«On est au fait qu'il y a du mécontentement de la part des policiers suite à la condamnation du policier (Éric Deslauriers), mais il n'y a eu aucune incidence sur le service à la population», a assuré l’inspecteur à la SQ, Guy Lapointe.

Décision

Vendredi dernier, la juge Joëlle Roy a reconnu l’agent de la SQ Éric Deslauriers coupable d’homicide involontaire. Le 22 janvier 2014, celui-ci a tiré sur David-Hugues Latour 17 ans, qui tentait de fuir les policiers à bord d‘un véhicule volé. L’agent Deslauriers a ouvert le feu puisque le conducteur fonçait sur lui.

Or, la juge a déclaré que le policier ne se trouvait pas en danger et qu’il aurait eu le temps de se déplacer plus loin.

À la suite de cette décision, le syndicat de l’Association des policières et policiers du Québec (APPQ) a envoyé un communiqué mentionnant que la décision rendue par la juge Roy pourrait «provoquer chez certains un désengagement de leurs actions professionnelles afin de se mettre à l’abri de circonstances similaires...».

L’APPQ commente rarement un dossier judiciaire. Cette fois, elle a voulu s‘exprimer publiquement.

«Dans les circonstances où un excellent policier, de bonne foi, qui n’a eu qu’à peine quelques secondes pour réagir à une menace, fasse (sic) aujourd’hui l’objet d’une condamnation d’homicide involontaire, laquelle au surplus, pourrait bien lui valoir une longue peine d’emprisonnement. Cette situation est certes incompréhensible et inacceptable pour les policiers, hommes et femmes...»