/finance/business
Navigation

Une première femme aux commandes de Manufacturiers et Exportateurs du Québec

Une première femme aux commandes de Manufacturiers et Exportateurs du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Une première femme prend les commandes de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ). Véronique Proulx devient présidente-directrice générale de MEQ avec l’objectif d’accroître la place de la gent féminine au sein de l’industrie manufacturière dans un contexte de pénurie de la main-d’œuvre.

Mme Proulx évolue au sein de MEQ depuis mars 2015. Elle a été successivement directrice des communications et affaires publiques, vice-présidente Affaires corporatives ainsi que vice-présidente Québec. Auparavant, Mme Proulx a œuvré 14 ans chez Laval Technopole et a été notamment présidente de Commerce international Québec.

«Nous sommes très fiers de nommer Véronique Proulx au poste de PDG de MEQ, a dit la présidente du conseil d’administration de MEQ, Me Édith Jacques. Mme Proulx a cumulé de nombreuses fonctions au fil des années qui lui permettent aujourd’hui de relever ce nouveau défi avec brio, elle est la première femme à occuper ce poste et nous sommes convaincus qu’elle y excellera.»

Plus de femmes

Véronique Proulx entend faire plus de place aux femmes dans l’industrie manufacturière, alors que ce secteur d’activité vit une importante pénurie d’employés.

Elle compte pour ce faire s’engager dans le rayonnement, au Québec, du programme national «Women in Manufacturing». Celui-ci a été orchestré par Rhonda Barnet, président du c.a. de Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC).

«Nous allons travailler avec les femmes actives dans le secteur manufacturier et le gouvernement du Québec afin de proposer des solutions concrètes pour le secteur, et répondre ainsi à un besoin prioritaire de rareté de main-d’œuvre et de diversité au sein des entreprises. Il en va de notre compétitivité à l’échelle internationale», a indiqué Véronique Proulx.

«De plus, les enjeux associés aux négociations qui ont cours pour la révision de l’ALENA sont clairement en tête de liste pour nos membres, et nous participons activement à ce processus afin que leurs intérêts soient entendus et défendus. Nous siégeons d’ailleurs sur le comité du négociateur en chef canadien, et sommes présents à toutes les rondes de négociations. Les enjeux liés à la main-d’œuvre, à l’exportation et à l’innovation sont au cœur des priorités de MEQ», a-t-elle poursuivi.