/entertainment/shows
Navigation

La grenouille avait raison à la Tohu: un ovni poétique

<i>La grenouille avait raison</i> à la Tohu: un ovni poétique
Photo courtoisie Richard Haughton

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le Français James Thierrée a offert une soirée hautement poétique avec son spectacle La grenouille avait raison, dont la première avait lieu jeudi soir à la Tohu, à Montréal.

Dans une sorte de cabinet de curiosités organique, avec des fils suspendus dans tous les sens, un escalier en colimaçon qui tourne sur lui-même, des structures et des accessoires hétéroclites, on retrouve une espèce de savant fou, James Thierrée, poète-magicien-clown qui multiplie les facéties.

Au cours du spectacle, il se fera aussi musicien, mime et danseur. Il fait autant penser à Puck dans Le songe d'une nuit d'été qu'à son grand-père Charlie Chaplin, dont il est le digne héritier et avec il semble assumer sa filiation dans ce spectacle. Un talent multidisciplinaire incroyable!

Dans cet univers onirique, où tout peut arriver, rien ne se passe forcément comme prévu, que ce soit le piano qui joue tout seul ou le violon qui colle aux mains.

<i>La grenouille avait raison</i> à la Tohu: un ovni poétique
Photo courtoisie Richard Haughton

Dans son antre, on trouve aussi une pianiste aux multiples bras interchangeables qui semble parler avec tout son corps. Étonnante, la danseuse Sonya bouge et s'exprime physiquement comme si celui-ci parlait dans un langage universel.

Il y a aussi une petite créature, qui vit en haut d’un immense lustre doté d'une quinzaine de petits satellites qui bougent selon leur gré, qui va finir par descendre de son piédestal. La danseuse ThiMai Nguyen est d'ailleurs d'une agilité et d'une souplesse incroyables.

Et il y a enfin les complices du savant fou, Samuel Dutertre et Hervé Lassince, avec lesquels Thierré interagit et crée des séquences surréalistes. On est tout à la fois dans le mime, la pantomime et même le burlesque.

De sa voix pure et aérienne, la chanteuse Ofelie Crispin vient ponctuer des moments charnières avec des chansons au charme suranné.

On ne sait pas si La grenouille avait raison, mais on sait qu'on a fait un bon choix en allant voir ce spectacle qui ne ressemble à rien d'autre. Ce n’est pas vraiment du cirque, ni de la danse. Ce n’est pas exactement non plus du théâtre, c’est surtout un moment magique qui fait chaud au cœur.

La grenouille avait raison est présenté à la Tohu jusqu'au 7 octobre.