/finance/taxes
Navigation

Plan stratégique: Loto-Québec veut séduire les jeunes

Plan stratégique: Loto-Québec veut séduire les jeunes
Photo d'archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Pour survivre, toute entreprise doit se renouveler en séduisant les plus jeunes. Mais quand c'est une société d'État comme Loto-Québec qui l'écrit, c'est plus délicat. Dans son plan stratégique 2017-2020, on peut lire qu’elle pourrait jumeler davantage divertissement et jeu dans ses casinos pour parvenir à ses fins.

Loto-Québec pourrait aussi créer des produits comme un «pool» de hockey.

Dans le document, Loto-Québec écrit: «Les adultes âgés de 18 à 34 ans sont sous-représentés parmi nos consommateurs. Dans une optique de renouvellement de notre clientèle, nous devons nous assurer que notre offre interpelle également les jeunes adultes».

Patrice Lavoie, directeur des relations de presse de Loto-Québec, a confirmé vendredi le virage de la société d’État en entrevue avec TVA Nouvelles.

«Maintenant, c'est festif. Il y a des DJ, il y a de la danse. On peut s'asseoir, prendre un verre, aller manger au restaurant», a dit M. Lavoie, en parlant des casinos.

Est-ce que Loto-Québec offre des produits attrayants pour les jeunes? Est-ce qu'ils iraient passer un vendredi soir au casino?

«J'y vais très souvent avec mes amis. [...] J'aime ça avoir le goût de gagner quelque chose», a dit un jeune interrogé.

Un autre a adopté la modération comme stratégie pour encadrer ses passages au casino. «Quand je vais au casino, je joue comme 10 $. Comme ça, je ne perds pas trop, mais je m'amuse quand même», a-t-il dit.

Plus de prévention

Le Centre québécois de lutte aux dépendances (CQLD) croit qu'il faut insister davantage sur la prévention, surtout que les moins de 25 ans sont plus à risque.

«Le cerveau qui n'est pas arrivé à pleine maturité. Le goût du risque. La pression des pairs. Le sentiment d'impulsivité chez les jeunes. Le manque de compréhension des conséquences. Le manque de responsabilité. [...] Tous ces facteurs-là les placent à risque», a énuméré Anne Élisabeth Lapointe, directrice générale du CQLD.

Loto-Québec estime par ailleurs que la nouvelle loi sur le filtrage des sites illégaux, très contestée, devrait pousser les joueurs vers une offre légale mieux encadrée.

Même si les profits ont faiblement augmenté l'an dernier, Loto-Québec reste une formidable vache à lait pour le gouvernement. La société d'État lui a versé l'an dernier des dividendes de 1,2 milliard $.