/travel/destinations
Navigation

7 bonnes raisons d’aller à Cozumel

Coup d'oeil sur cet article

COZUMEL, Mexique | Située dans la mer des Caraïbes, au large de la péninsule du Yucatan, Cozumel est séparée de la terre ferme (Playa del Carmen) par un bras de mer de 20 km, et accessible par traversier. Selon les experts, il s’agirait de l’une des plus belles destinations de plongée au monde. Voici sept bonnes raisons de visiter cette fameuse île mexicaine.

1. Les fonds marins

Cozumel marque le début de la deuxième plus importante barrière de corail au monde, le récif méso-américain, qui se termine au Honduras. L’endroit a connu un boom touristique dans les années 60, quand l’océanographe Jacques Cousteau a découvert la barrière de corail et qu’il l’a fait savoir au monde entier grâce à ses films. Attirés par ces eaux cristallines qui offrent une visibilité sur 75 mètres de profondeur, permettant d’admirer des poissons magnifiques et de nombreuses épaves, plus de 30 000 plongeurs s’y rendent chaque année. Une immense sculpture leur est d’ailleurs consacrée. Pour ceux qui ne plongent pas, possibilité de voir les fonds marins à bord du sous-marin Atlantis.

2. Les ruines mayas

Site sacré pour les Mayas, Cozumel possède de nombreuses ruines, mais les plus importantes et les mieux conservées demeurent celles de San Gervasio, le principal site archéologique de l’île. Parmi ces anciennes pyramides, s’élevait Ka’Na Nah, le temple consacré à IxChel, la divinité de la médecine, de l’amour et de la fertilité. Ce sanctuaire était très important pour les femmes mayas qui venaient d’aussi loin que du Honduras pour s’y recueillir. L’endroit demeure aujourd’hui très important pour le culte de la fertilité.

Photos d’archives et Fotolia

 

3. Le Musée de l’île

Situé au centre-ville, ce musée témoigne de la riche tradition historique et culturelle de l’endroit. Il comprend quatre salles dans lesquelles sont présentés l’écosystème de l’île, la culture maya, l’histoire en général, sans oublier la barrière de corail.

4. La réserve écologique Faro Celerain de Punta Sur

Cette réserve se trouve à l’endroit exact où débute la barrière de corail. En compagnie d’un guide, on fait un parcours à travers la mangrove, les lagunes, les systèmes récifaux et les dunes côtières. On peut y admirer des fleurs, des papillons, des oiseaux exotiques, des crocodiles, des iguanes, des tortues et des poissons tropicaux. Possibilité de grimper au sommet du phare (266 marches aller-retour). Construit en 1934, c’est le plus haut point de l’île (34 m) et on y a une vue magnifique. C’est également un musée de la navigation.

5. Les plages

Les plages de Cozumel ne sont pas extraordinaires. Les plus belles se trouvent dans le sud puisque celles de l’est sont demeurées très sauvages. Cependant, le gouvernement tient à préserver ce côté sauvage et n’encourage pas la construction. On n’y trouve d’ailleurs qu’un seul hôtel, le Ventana El Mar, qui n’a ni électricité ni air conditionné et qui n’offre que peu de service. Chaque chambre est aérée par le vent qui entre par la fenêtre. L’hôtel est situé devant une immense plage où l’on se baigne à ses risques en raison des vagues qui y sont très fortes. C’est un endroit magnifique et sauvage, mais il faut aimer la solitude, car c’est totalement isolé.

6. Casa Mission et la tequila

Casa Mission est un restaurant qui recrée une ancienne mission. On y propose des «Tequila Tours», des tours guidés expliquant la fabrication de la tequila à partir de l’agave. Le tout est suivi d’une dégustation. On s’installe ensuite à une table pour savourer une délicieuse cuisine mexicaine et se régaler en écoutant les trois perroquets qui s’égosillent dans le jardin.

À suggérer: les délicieuses crevettes à la noix de coco. Un délice!

7. Le «Pirate Show»

Il s’agit de dîners animés à bord d’un bateau de pirate qui demeure au large. Sans prétention, cette activité rappelle toutefois que les bateaux de nombreux pirates, dont Barbe Noire et Mary Jane Read, une des plus célèbres pirates de l’histoire, ont mouillé en ces eaux.