/opinion/columnists
Navigation

La vie est une maladie mentale

Coup d'oeil sur cet article

« La maladie mentale se définit par des changements qui affectent la pensée, l’humeur ou le comportement d’une personne, et lui causent détresse ou souffrance. » Ainsi va la définition officielle. Remplacez « maladie mentale » par le mot « vie », « société » ou « travail » et vous comprendrez mieux pourquoi un Québécois sur cinq a reçu un diagnostic de maladie mentale. Ça fait beaucoup de monde qui souffre, ça, beaucoup de gens qui n’ont plus le cœur à l’ouvrage ni à quoi que ce soit d’autre. Sans compter tous ceux qui se refusent à admettre que la vie leur rentre dedans et que ça fait mal.

Avant de craquer

20 % des Québécois souffrent de maladie mentale. Avouez que « ça fesse », comme statistique; 20 % de « pockés » par la vie qui soignent leur blessure avec des médicaments et traînent leur détresse comme une chape de plomb. Et on s’étonne que les ordonnances d’opiacés aient augmenté de 30 % en cinq ans. On est tellement hypocrites ! Imaginez tout à l’heure, quand on va tous fumer du cannabis sans craindre la police. Bonjour les troubles psychotiques ! Pourquoi croyez-vous que les psychiatres sonnent l’alarme ?

Je me demande si notre société hypernévrosée ne nous amène pas à le devenir nous-mêmes? L’humeur en montagnes russes, le bonheur en écharpe, l’anxiété nous habite. La dépression se couche avec nous le soir et nous empêche de nous lever le matin. Entre les dépressifs en mal de vivre et ceux qui entendent des voix, il y a toute la complexité de ces troubles mentaux qui peuvent surprendre même ceux qui s’y attendent le moins.

Le prix à payer

Cette semaine, de sensibilisation aux maladies mentales devrait nous forcer à réfléchir. Surtout les politiques qui ne donnent que des miettes de financement aux groupes de soutien en santé mentale. La maladie mentale est la première cause d’invalidité. C’est 30 % des prestations d’invalidité et 70 % des coûts. Ça nous coûte très cher. Il est toujours plus économique d’investir dans la prévention que de ramasser les gens à la petite cuillère.