/news/education
Navigation

Action de grâce écourtée pour des étudiants de l’Université Sherbrooke

Action de grâce écourtée pour des étudiants de l’Université Sherbrooke
Photo Agence QMI / Archives

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | La fin de semaine de l'Action de grâce sera écourtée pour plusieurs étudiants de l'École de gestion de l'Université de Sherbrooke, puisque bon nombre d'entre eux seront en examen.

Parmi eux, on retrouve Audrey Grenier, une finissante en ressources humaines à l'École de gestion de l'Université de Sherbrooke, qui devra passer un examen samedi. Elle ne pourra pas passer le long week-end de l'Action de grâce en compagnie de ses proches, puisque sa famille habite à huit heures de route de Sherbrooke.

«C'est sûr que c'est plate parce qu'on ne peut pas participer à nos rencontres familiales. Mais bon, je me dis que c'est un coup à donner, les études!» a confié Audrey Grenier.

Bien que certains trouvent dommage la situation, les étudiants ne sont pas surpris pour autant, d’autant plus que le calendrier scolaire est dévoilé en début de session.

«Quand on s'inscrit ici, on est avisées qu'on a 10 jours d'examens comprenant les fins de semaine, donc c'est sûr que c'est plate», a expliqué une étudiante.

«Il faut avoir trois examens en moins de 24 heures pour qu'ils puissent faire un changement au niveau de l'horaire», a poursuivi une autre élève.

Certains étudiants reconnaissent toutefois qu’université rime avec sacrifices.

«Ça ne me dérange pas. Ça fait partie de l'université d'avoir des examens les fins de semaine», a assuré un étudiant.

«Ce serait bien le fun de passer du temps en famille, mais même si je n'ai pas d'examen cette fin de semaine là, je dois quand même étudier», a raconté une élève.

La direction de l'École de gestion soutient qu'il ne s'agit pas d'une situation exceptionnelle, mais plutôt régulière.

«Le jour de l'Action de grâce est un jour férié. Mais pour les autres jours, il n'y a pas d'éléments officiels à ce niveau-là. Ce n'est pas la première fois, ç’a toujours été dans l'histoire de l'École de gestion que l'examen ait lieu cette fin de semaine», a expliqué le directeur des études de 1er cycle à l’École de gestion à l'Université de Sherbrooke, Abdelouahab Mekki Berrada.

Les étudiants qui espéraient échapper à leur examen sont mieux d’avoir une bonne raison, comme «être malade avec un papier justificatif d'un médecin ou le décès d'un parent proche», a précisé M. Mekki Berrada.

L'École de gestion compte plus de 4000 étudiants à temps plein et temps partiel.