/news/currentevents
Navigation

Une deuxième chance mortelle

Une femme a été retrouvée sans vie quelques semaines après avoir réaménagé avec son ancien époux

FD-HOMME BARRICADE
Photo Agence QMI, Erik Peters Des patrouilleurs de la Sûreté du Québec ont dû ériger un périmètre de sécurité plus large afin d’éviter les coups de feu du suspect armé.

Coup d'oeil sur cet article

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD | Une sexagénaire qui venait de réaménager avec le père de ses enfants après plus de 20 ans de séparation en a payé de sa vie mardi soir. Un drame conjugal qui a aussi envoyé un policier à l’hôpital.

Cet été, Johanne Chayer a partagé avec ses amis son bonheur. Elle donnait une deuxième chance à sa relation avec son ancien conjoint, après une longue période de séparation, en s’installant avec lui dans une nouvelle résidence.

Johanne Chayer<br>
<i>Décédée</i>
Photo Facebook
Johanne Chayer
Décédée

« C’est notre petit nid d’amour à moi et mon fiancé. Je suis remplie de gratitude de vivre cela. Je remercie la vie », écrit-elle sur Facebook, le 1er août dernier.

C’est dans cette maison (photo) de la rue du Sentier à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, que la femme de 65 ans a été retrouvée sans vie mardi soir. Les policiers ont reçu un appel d’urgence pour une altercation entre un homme et une femme. L’intervention a viré au drame lorsque les premiers patrouilleurs sont arrivés sur les lieux.

C’est dans sa nouvelle maison que Johanne Chayer, 65 ans, a été retrouvée sans vie mardi soir.
Photo Agence QMI, Erik Peters
C’est dans sa nouvelle maison que Johanne Chayer, 65 ans, a été retrouvée sans vie mardi soir.

Accueillis par des tirs

« Les policiers ont été accueillis par des tirs. Un échange de coups de feu aurait suivi et un des policiers a été atteint », a expliqué le sergent Daniel Thibaudeau, de la Sûreté du Québec.

Même s’il portait un gilet pare-balles, le patrouilleur de 27 ans aurait été atteint au niveau du bassin. Il a rapidement été conduit à l’hôpital afin de traiter des blessures internes importantes. Sa vie ne serait toutefois pas en danger.

Un vaste périmètre de sécurité a par la suite été érigé dans le secteur. En raison du danger évident que représentait le suspect armé, le groupe tactique d’intervention a été amené sur les lieux. Des voisins ont dû évacuer leur résidence en pleine nuit.

Ce n’est qu’à 2 h que les policiers ont pu pénétrer dans la maison du suspect. Mme Chayer y a été retrouvée inconsciente. Son décès a été constaté plus tard à l’hôpital. Elle aurait été abattue par arme à feu, a-t-on appris. Le conjoint de la victime, âgé de 72 ans, a été arrêté sur place, puis amené à l’hôpital pour traiter des blessures mineures.

Historique de violence

Selon nos informations, Alain Castonguay devrait comparaître jeudi au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield. Des accusations de meurtre et de tentative de meurtre pourraient être déposées.

L’enquête démontrerait un « historique de violence conjugale » au sein du couple. On ignore pour l’instant si cela remonte à leur première relation, qui s’est terminée par un divorce en 1994. Mais un épisode de violence pourrait même être survenu à peine quelques heures avant l’événement mortel, a-t-on appris.

La résidence où s’est joué le drame mercredi a été achetée par Alain Castonguay en juin dernier. Selon l’acte d’achat, il serait un enseignant à la retraite.