/news/politics
Navigation

Québec solidaire avale Option nationale

Le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, est entouré des deux porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé.
Photo Simon Clark Le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, est entouré des deux porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir rejeté la convergence proposée par le Parti québécois, Québec solidaire avale Option nationale, dans une volonté de relancer le mouvement indépendantiste au Québec.

Les comités de négociation de QS et ON sont parvenus à une entente de principe en vue d’une éventuelle fusion de leurs partis. L’accord doit être soumis au vote des congrès de chaque parti d'ici la fin décembre. «C’est un take it or leave it», a précisé le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Dévoilée jeudi en conférence de presse, l’entente prévoit notamment que l’actuel chef d’Option nationale, Sol Zanetti, se présente à l’investiture dans un comté «favorable», appuyé par Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé. Impossible toutefois de savoir quelle circonscription pourrait être propice au futur candidat à l’investiture.

«Il y a beaucoup de comtés très intéressants», s’est limité à commenter M. Zanetti, ouvrant la porte autant à une circonscription de Québec que de Montréal.

De parti à collectif

Le parti unifié, qui bénéficiera d’une identité visuelle revampée, conservera le nom de Québec solidaire et sera représenté par les porte-parole actuels. Sol Zanetti hériterait quant à lui du rôle d’«ambassadeur important».

Option nationale ne disparaît pas et deviendrait plutôt un «collectif politique» au sein du parti unifié, qui pourra compter sur deux postes à la direction politique du parti. Il aura comme mission de «continuer à faire tout le travail de pédagogie autour de l’indépendance qu’Option nationale faisait déjà si bien», explique M, Nadeau-Dubois.

Constitution

L’entente prévoit que l’Assemblée constituante, prévue par le programme de QS, devra désormais rédiger un «projet de constitution d’un Québec indépendant», une demande chère au parti de M. Zanetti.

Après quoi, le document sera soumis à la population par voie de référendum. Tout ceci dans un premier mandat.

Notre Bureau parlementaire a vainement tenté de joindre l’ancien député péquiste Jean-Martin Aussant, qui a fondé ON en 2011 avant de le quitter en juin 2013. «Il n’a pas été impliqué dans le processus de négociation», a commenté M. Zanetti.

Rappelons que les membres de QS ont rejeté l’idée de converger avec le PQ, en mai dernier, essentiellement en raison de différends sur les questions identitaires. «L’effet net de l'action de QS et d'ON, c'est d'aider des caquistes et des libéraux à gagner des comtés. Qu'ils soient ensemble ou séparés, dans le système actuel, c'est le marchepied de gouvernements fédéralistes de droite», a réagi le chef péquiste Jean-François Lisée.