/lifestyle/food
Navigation

De la nourriture à portée de main

De la nourriture à portée de main
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Soleil Michon est une femme de goût qui connaît bien les coûts, aussi. Elle anime d’ailleurs, avec aplomb et justesse, l’émission Ça vaut le coût, le lundi­­­ à Télé-Québec. Elle anime ­aussi, avec son bon ami Sébastien Benoit, à Rythme FM, Des hits dans l’trafic, du lundi au jeudi, pour le retour à la maison. Marie-Soleil adore faire à manger. Intolérante au gluten, elle a décidé, lorsque le verdict est tombé il y a huit ans, de transformer cet état en un avantage et non de le vivre comme une contrainte. Quelle belle idée judicieuse et quel beau message pour toutes les personnes qui ont des allergies ou des intolérances alimentaires ! Cela ne l’empêche pas, dit-elle, d’assumer sa gourmandise. Elle nous le prouve d’ailleurs en nous proposant cette semaine sa belle recette de salade.

Questionnaire gourmand

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

De la nourriture à portée de main
Photo Chantal Poirier

Je dois surtout te parler ­d’accessoires qui sont, pour moi et mes invités, une ­occasion de rire et de faire la ­conversation. Mon ami Pierre Brassard est un spécialiste pour me donner des petits cadeaux lorsqu’il arrive chez nous. Le dernier en date est un petit objet à pile qui ramasse les miettes sur la table à la fin du repas. C’est ludique, drôle, et ça met de l’ambiance.

As-tu d’autres accessoires qui te facilitent la vie dans ta cuisine ?

De la nourriture à portée de main
Photo courtoisie

Je travaille et collabore avec Ricardo, alors, tu devines que j’ai pas mal de ses accessoires de cuisine, mais j’adore son linge de table. Sinon, j’ai de la vaisselle de mes grands-mères et je les utilise de plus en plus, en y ­faisant quand même très attention.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

Vivre sans avoir un grand comptoir, ce serait un problème pour moi, car je reçois autour de l’îlot de cuisine. C’est là que ça se passe ! Pas besoin, dans ces ­circonstances, de faire des ­préparations à l’assiette, comme je le faisais souvent avant. Maintenant, tout est à portée de main, les plats sont sur le comptoir... et voilà. Cela permet surtout à chacun d’y aller avec ses ­besoins, ses envies et son appétit. Tout le monde ne mange pas pareil, alors cette façon de faire plaît ­beaucoup à mes invités. Il y en a pour tous les genres, grano, végé, ­carnivore... C’est tellement rassurant que chacun y trouve son bonheur !

Quels sont les plats que tu servirais alors dans ces circonstances ?

De la nourriture à portée de main
Photo Fotolia

La salade que je te présente ­aujourd’hui est un incontournable, ­évidemment. C’est toujours mieux si tu la fais et la mélanges au dernier moment, mais il m’est déjà arrivé de ­l’apporter à des amis lors d’une soirée et ils étaient bien contents. ­Sinon, oui, plein de salades, mais aussi des crudités, des antipasti, de belles grillades de toutes sortes, un plateau de fromages et un panna cotta en dessert. Sans oublier le vin, évidemment (rire) !

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es la plus fière.

Je me débrouille pas mal en cuisine. En fait, ce que j’aime faire, c’est ­m’inspirer des plats des chefs des ­restaurants et essayer de les refaire à la maison. Comme un pavé de ­morue que j’ai mangé au Portugal, c’était ­tellement bon là-bas. Aussi, mes amis me demandent toujours d’apporter mon fameux flan à l’orange et à la noix de coco.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Oui, un oubli en fait. Une recette que je faisais souvent, des ailes de canard sur le BBQ. Mais un jour, alors que je ­recevais des amis, j’ai oublié l’étape de les faire cuire dans l’eau avant de les mariner et de les griller. C’était dur comme de la pierre. Par chance, il y avait autre chose !

Meilleure expérience culinaire à vie ?

En Italie, à Capri, notre chauffeur nous emmène dans un lieu inconnu des touristes, un restaurant à flanc de falaise. C’était magique ! Couché de ­soleil, risotto au prosecco... Un ­moment unique.

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petite ?

Ça sentait toujours très bon. Les ­biscuits surtout. Mais il faut que je te dise que ma maman et mes ­grand-mères étaient très précurseurs, avant-gardistes. Nous mangions du tofu, des légumes à profusion, du pain brun, des choses branchées ­aujourd’hui, mais si étranges pour mes amis d’école. Bref, je suis bien heureuse d’avoir eu cette éducation. En plus, je me rends compte que c’était très santé et elles y pensaient déjà à l’époque.

As-tu un rêve culinaire ? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster... ?

J’ai beaucoup voyagé et je m’imprègne de la culture culinaire et vinicole ­partout où je vais en voyage. Alors, faire les vignobles en Californie, ­j’aimerais bien un jour.

Livre de recettes préféré ?

De la nourriture à portée de main
Photo courtoisie

 

J’ai adoré le livre de Daniel Pinard, ­Pinardises. Aussi, mon livre ­chouchou en ce moment, c’est Les Courges de Louise Gagnon. Je fais toutes ses ­recettes, c’est de saison en plus.

Fromage préféré ?

Les fromages de brebis. Sinon, la feta, la burrata.

Son carnet d’adresses

Tes restos préférés ?

De la nourriture à portée de main
Photo courtoisie

 

La Cabane à sucre Au Pied de Cochon est un incontournable. C’est là que je fête mon anniversaire, au printemps, depuis plusieurs années. Aussi, j’aime beaucoup Mangiafoco qui fait de la pizza sans gluten ! Et dans le Vieux-Montréal, je mange souvent chez Ikanos : il y a là un four Josper pour faire griller les poissons. Et pour avoir l’impression d’être en vacances en Nouvelle-Angleterre, assise au bar chez Lucille’s Oyster Dive dans NDG. ­Grumman 78 est un resto unique en son genre et sans prétention. Les tortillas pour tacos sont 100 % maïs (donc sans gluten).

Resto préféré pour sortir en tête-à-tête ?

Park, notre place préférée pour se gâter. ­Fantastiques poissons !

Resto préféré pour vos sorties en groupe ?

Chez Lavigne. Un adorable resto de quartier. Accessible et abordable, délicieux et vins nature en prime !

Boutique gourmande préférée ?

À Knowlton : Domenica, un petit bijou ­d’épicerie fine italienne. Je fais des provisions de ses boulettes de viande (sans gluten) et je les congèle chez moi pour les intégrer ensuite à une sauce tomate.

Resto préféré à l’extérieur de Montréal ?

Le resto du Spa Eastman, avec sa cuisine tonique qui me ravit à chaque visite. Colorée, inventive, toujours sans gluten... De vraies vacances pour moi !

Vin préféré ?

J’aime le vin, mais je ne suis pas une experte. J’aime bien Champs de Florence, un joli rosé qui est produit dans les Cantons de l’Est au Domaine du Ridge. Un blanc que j’ai toujours en réserve au frais : Verdejo de Rueda de ­François Chartier. Et côté rouge, j’aime la ­légèreté du Frappato, un vin sicilien que j’ai découvert récemment.

Produits culinaires chouchous ?

Le vinaigre au citron et balsamique blanc La Belle Excuse.

Recette fétiche ?

De la nourriture à portée de main
Photo Fotolia

On ne se trompe jamais en cuisinant un osso buco avec une gremolata en garniture.

De quoi tu ne peux pas te passer en cuisine ?

Mon One-Pot The Rock de Starfrit. Je fais tout avec cette casserole légère et antiadhésive.

Gourmandise coupable ?

Un bon caramel, c’est irrésistible ! Aussi, je ferais des kilomètres à pied pour le dessert Le Vert, servi chez Patrice Pâtissier sur Notre-Dame, à Montréal. Les rouleaux impériaux sans gluten du restaurant Hoai Huong à Brossard.

Ton style de cuisine préférée ?

J’aime toutes les cuisines méditerranéennes : libanaise, grecque, italienne, portugaise.