/sports/fighting
Navigation

Du grand Bisping

Michael Bisping et Georges St-Pierre.
Photo Mathieu Boulay Michael Bisping et Georges St-Pierre.

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | C’est bien connu dans l’univers des arts martiaux mixtes que Michael Bisping est capable de gagner un avantage psychologique lors des conférences de presse avec ses déclarations incendiaires. Et il n’a pas l’intention de changer de recette avec George St-Pierre.

On en a eu un bel exemple lors de l’événement de l’UFC présenté vendredi au T-Mobile devant une centaine d’amateurs. Dès sa première réplique, le Britannique s’est mis en marche.

« Il a le même complet que la dernière fois qu’on s’est vus, a affirmé Bisping. Let’s go Georges ! Ce n’est pas comme si tu n’avais pas d’argent dans ton compte de banque. »

À mesure que les questions défilaient, le champion des poids moyens continuait ses attaques. Toutefois, St-Pierre est demeuré de glace, mais il s’est permis lui aussi de lancer quelques flèches à son adversaire

« Que ce soit debout ou au sol, je vais faire ce que je veux avec toi », a souligné « GSP » qui a avait un large sourire pendant que Bisping tentait de le faire sortir de ses gonds.

Pour une rare fois dans sa carrière, c’est lui qui est dans les bottines de l’aspirant, un rôle qu’il adore.

« Ça m’excite et je me sens privilégié d’être dans cette position », a souligné le Québécois.

Une petite poussette

Au terme de la conférence de presse qui a été dominée par les propos de St-Pierre et Bisping. les deux hommes ont été appelés à faire un face-à-face comme la tradition le veut bien.

Après quelques secondes où ils se sont regardés dans les yeux, Bisping était un peu trop proche au goût de « GSP » qui n’a pas hésité à le repousser. Une épreuve de force qui n’est pas allée plus loin heureusement.

Toutefois, on a senti que les deux combattants ne se feront pas de quartier lorsqu’ils se retrouveront ensemble dans l’octogone du Madison Square Garden. Si la conférence de presse est à la hauteur du combat, l’action ne manquera pas.