/24m/transports
Navigation

Sécurité des cyclistes: Valérie Plante plaide pour un réseau cyclable express

Valérie Plante
Photo AGENCE QMI, CHARLOTTE R. CASTILLOUX

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Afin de favoriser un meilleur partage de la route, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, s'est engagée vendredi à créer un Réseau express vélo (REV), au moment où la communauté cycliste pleure de nouveau la mort d'un des siens.

Le Réseau proposé, qui fait partie de la stratégie vélo de Projet Montréal, prévoit la création de 140 km de pistes cyclables sécurisées réparties sur sept axes où la circulation cycliste est élevée, sur une période de quatre ans, à raison de 35 km par année.

L’idée est d’avoir un plan global pour tous les utilisateurs de la route, à savoir les cyclistes, les automobilistes et les piétons.

Selon la formation politique, 116 000 déplacements sont effectués à vélo chaque jour à Montréal. «La grande majorité, ce sont des déplacements pour aller travailler», a souligné Mme Plante. «Il y a un sentiment d’insécurité», a-t-elle précisé.

Le Réseau express vélo desservira des axes très empruntés par les cyclistes, en privilégiant des passages sécurisés sur les artères et les viaducs, afin d’assurer une connectivité nord-sud et est-ouest.

«Mort évitable»

L’annonce de Projet Montréal intervient au moment où la communauté cycliste déplore la mort de Clément Ouimet, 18 ans. Mercredi, alors qu’il descendait la voie Camillien-Houde, il a été renversé par une voiture qui aurait fait un virage en U.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a d’ailleurs annoncé qu’un groupe de travail réfléchirait aux moyens de réduire la circulation automobile sur cette voie.

«Ce groupe de travail va nous permettre de réfléchir et d’être en mode communication», a précisé le maire vendredi. Il a rappelé que plusieurs mesures avaient été mises en place au cours des dernières années.

Pour Valérie Plante, la mort du cycliste aurait pu être évitée. «C’est le quatrième décès de cycliste en trois mois à Montréal. C’est énorme», a-t-elle dit vendredi.

«Il y avait des plans pour réaménager tout ce tronçon-là. Ça fait longtemps que les demandes sont là. Pourquoi on n’a rien fait?» a lancé la chef de Projet Montréal.

«Faire les choses correctement»

Mme Plante croit aussi qu’une réflexion doit être faite concernant la voie Camillien-Houde. «On devrait avoir une conclusion rapide à ce sujet», a-t-elle indiqué.

Vendredi, le maire a laissé entendre que la vocation de cette voie pourrait changer. «Est-ce que [...] Camillien-Houde doit être, vraiment, une voie de transit?» s’est demandé le maire en point de presse vendredi.

«Notre but, ce n’est pas nécessairement de tout bloquer. Il y a des options. On va le faire en concertation, a ajouté M. Coderre. Il faut qu’on réfléchisse et qu’on fasse les choses correctement.»

Le maire a souligné que 12 000 voitures circulent sur cette voie quotidiennement. S’il reconnaît qu’il y a un «mort de trop», il a rappelé que, «pour l’incident, ce n’est pas le carrefour [qui est en cause, mais] un U-turn illégal».

Selon le premier magistrat, «c’est une question de cohabitation et de s’assurer qu’on change les cultures».

Denis Coderre a également précisé qu’on «ne peut pas interdire les véhicules [sur la voie qui permet] de se rendre au mont Royal».