/weekend
Navigation

De la «pop-hip» qui groove

Mack Joffatt
Photo courtoisie MADOC Mackjoffatt s’éloigne des clichés du hip-hop «traditionnel» sur les pièces de son album The Digg, paru la semaine dernière.

Coup d'oeil sur cet article

Mackjoffatt voulait faire un disque de hip-hop accessible et il a atteint sa cible. Avec son premier album The Digg, le musicien ­montréalais nous propose un éventail de ­chansons que l’on se surprend à fredonner dès la première écoute.

Bien qu’il donne dans le hip-hop anglophone, Mackjoffatt (de son vrai nom Jacques-Olivier Moffatt) ne se la joue pas gangster sur les pièces de son premier opus, bien au contraire.

« J’essaie de traiter de sujets qui me touchent plutôt que d’aller dans les clichés », a expliqué l’artiste, qui préfère aborder des thèmes liés à des enjeux de société, à la vie de couple et aux relations familiales plutôt qu’au bling-bling.

Un artiste qui se démarque

« Si on me demande ce qui me démarque, puisqu’il y a beaucoup de hip-hop anglophone qui se fait à travers le monde, je dirais que c’est ma façon d’aborder certains sujets, a-t-il poursuivi. Avec ce disque, j’ai voulu démontrer qu’il y a moyen d’écouter du hip-hop et que ce soit l’fun, que ça groove. »

Inspiré par des artistes comme The Roots, Beck et Bran Van 3000, Mackjoffatt s’est entouré de musiciens de talent au moment de passer en studio. Parmi ses collaborateurs, on compte notamment sa petite sœur Ariane, que l’on peut entendre sur deux titres, dont le ver d’oreille Dear Jack. À découvrir.


L’album The Digg de ­Mackjoffatt est disponible en ligne ­seulement. Plus de détails au mackjoffatt.com.